• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins viande > Près de cent éleveurs ont de nouveau suivi la vente limousine
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins viande - 21-11-2019 - Rémi Hagel

Près de cent éleveurs ont de nouveau suivi la vente limousine

Mayenne

Pour la deuxième année consécutive, la vente de reproducteurs Limousins organisée par la Fédération des Pays-de-la-Loire (avec Seenovia et Bovineo) a pris place au parc Saint-Fiacre à Château-Gontier. Avec une bonne participation.

Pour cette vente, un ring a été aménagé. 17 reproducteurs sur 19 ont trouvé preneur.

Pour cette vente, un ring a été aménagé. 17 reproducteurs sur 19 ont trouvé preneur.


Entre 80 et 100 éleveurs ont fait le déplacement au foirail du parc Saint-Fiacre à Château-Gontier, vendredi 15 novembre, pour cette deuxième vente de reproducteurs limousins. “La première édition avait suscité l’intérêt. Le plus dur, c’est de confirmer la deuxième année”, commente Frédéric Pungeot, le président régional. Le pari a été relevé. “On est satisfait, tant par la qualité que par la présence des acheteurs.” L’événement remplit l’objectif de départ, à savoir proposer une offre de vente génétique dans la zone nord de la région, où elle était rare. “Et beaucoup d’éleveurs locaux ont acheté, c’est très positif” observe l’organisateur, Vincent Raynaud (commercial Limousin Pays de la Loire), qui a sélectionné les animaux dans des élevages de la région et a animé la vente.

Des acheteurs locaux

De fait, la formule semble répondre à une attente, et touche un nouveau public. Ainsi, Jean-François Bedouet, qui élève 80 mères à Vimarcé (53), a acheté un jeune reproducteur du fameux Gaec Chauveau (72) : “C’est la première fois que je participe à une vente. J’étais venu en curieux l’an dernier, là il me fallait un taureau pour aller sur mes génisses. Je n’ai pas eu celui que je visais, mais celui-là s’est présenté....”, et il l'a acquis. L’éleveur ne part pas dans l’inconnu : “C’est le quatrième taureau que j’achète au Gaec Chauveau...”

Autre novice de cette vente, Stéphane Heurtault élève 90 mères à Saint-Christophe-du-Luat (53). “L’an dernier, j’étais arrivé à la fin de la vente. Cette fois j’avais préparé, et m’étais fixé sur un reproducteur, qui correspondait aux critères que je recherche. L’avantage d’une vente comme celle-là, c’est que le tri a été fait, il y a une sélection. Et on a le choix. C’est un gain de temps.” Pour ses achats de mâles, Stéphane Heurtault avait l’habitude de se rendre en Corrèze, à la station de Saint-Jal. La distance n'est pas la même...

3 150 € de moyenne

Le bilan des ventes est bon, avec une moyenne de 3 150 € pour les 17 reproducteurs vendus (sur 19 présentés). La plus grosse enchère est montée à 4 752 €, pour Orgueuilleux (fils de Liban) du Gaec de la Martinière (49), acheté par la Sica Union Lorraine. L'Union, déjà présente l'an dernier, repart avec quatre animaux. Les Mayennais ont constitué la majorité des acheteurs (près de la moitié). Deux reproducteurs restent dans la région, et deux partent vers le berceau (Haute-Vienne, Creuse), de quoi être fiers pour les sélectionneurs locaux.

Pour la vente, les animaux étaient présentés sur un ring aménagé entre les tubulaires du foirail. Ce n’était pas le cas l’an dernier, et les éleveurs avaient suggéré cette disposition. Cet aménagement a été unanimement apprécié : “Faire marcher les bêtes, c’est bien. On les voit mieux”, commente par exemple Jean-François Bedouet. “A l’attache, on ne peut pas bien apprécier les aplombs et le caractère” ajoute Frédéric Pungeot.
Organisateurs et acheteurs étant satisfaits. Rendez-vous est donné l’an prochain, sauf imprévu.

Rémi Hagel


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services