• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > PAC > JA s’oppose à la FNSEA 
sur les paiement redistributifs
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

PAC - 27-09-2013

JA s’oppose à la FNSEA 
sur les paiement redistributifs

PAIEMENT REDISTRIBUTIF

C’est le 26 septembre que devraient avoir lieu les derniers arbitrages en CSO (conseil supérieur d’orientation) sur l’application de la Pac en France.


Dispositif dont le consensus est difficile à trouver au sein de syndicalisme majoritaire. Pierre d’achoppement entre FNSEA et JA, le paiement redistributif a fait l’objet le 22 septembre, à Ars sur Formans, de quelques digressions. Le secrétaire général adjoint de la FNSEA, Daniel Prieur, présent à la finale nationale de labour, a souhaité d’abord rappeler les faits : d’un côté, “les Jeunes agriculteurs sont derrière le ministre sur l’aspect de la surdotation des 50 premiers hectares, sans fléchage forcé sur l’élevage”. De l’autre, “la FNSEA et les chambres d’agriculture souhaitent coupler tout ce qu’il est possible de coupler. Nous avons une approche qui n’exclut pas les actifs mais s’oriente vers l’élevage”. Pour le dirigeant du syndicat majoritaire, cette surprime aux premiers hectares est discriminante. “J’apprécie beaucoup François Thabuis, a insisté Daniel Prieur. Mais son élan de générosité au niveau intellectuel va se trouver un jour confronté au texte. Car cette solidarité, en réalité, fabrique des exclus”. “Avec trop de générosité, on n’existe pas”, a-t-il ajouté. Quant à la position du ministre de l’Agriculture sur la surdotation : “Le ministre a une ambition, a poursuivi le syndicaliste. Cet homme ne va pas rester à cette place. Avec cette mesure, il va dire qu’il est le ministre qui aura remis du social dans la Pac. Il s’achète une virginité pour la suite, sans considérer les enjeux économiques”.


100 responsables de la FNSEA contre le paiement redistributif


Dans ce contexte, les céréaliers du centre de la France ont réalisé une vidéo présentant une centaine d’exploitants, dont une part d’éleveurs et de jeunes agriculteurs, illustrant un texte demandant au ministre de renoncer au paiement redistributif. Une vidéo diffusée sur You Tube.


Pour ces syndicalistes, qui se disent “nombreux” et “majoritaires”, ce nouveau dispositif (facultatif selon le règlement européen) est “une vraie mauvaise solution” car il crée des distorsions liées au statut des exploitations, “injustifiables” notamment entre sociétés ; il incite les propriétaires à garder leurs terres au lieu de les mettre à la disposition des jeunes ; il pénalise les régions au faible potentiel économique qui n'ont d'autres choix que la mise en valeur de surfaces importantes ; il ne peut pas favoriser l'emploi et l'élevage (ndlr. comme le souhaite le gouvernement) en ne faisant référence qu'à la surface. “À coup sûr, la surprime manquera sa cible”, assurent-ils, condamnant tous les systèmes “soit à la disparition soit à l'agrandissement à outrance, sans améliorer l'efficacité économique des autres secteurs”.


Au contraire, la Confédération paysanne et Jeunes Agriculteurs estiment que ce paiement redistributif est indispensable à “une Pac plus juste”. Pour la CP de la Région Centre, la “majorité des paysans dans la Région Centre ont intérêt à voir les premiers hectares de leur SAU surprimés” car le paiement redistributif “ favorise les exploitations jusqu'à 94 hectares par rapport aux plus grandes exploitations. Or la SAU moyenne des exploitations dans la Région Centre est de 94 ha (RGA 2010).



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services