• Suivez-nous :

accueil
Sarthe > Dans la course du progrès génétique
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Sarthe - 15-03-2013

Dans la course du progrès génétique

Prim’Holstein

La génomique questionne considérablement le métier d'éleveur. L'intervention de Jean-Luc Marchand­, technicien d'Evolution -la nouvelle entité créée au 1er janvier, issue de la fusion Creavia-Amelis-, a suscité une certaine perplexité chez les éleveurs lors de l'assemblée générale du syndicat Prim’Holstein, mardi à Saint-Jean-des-Echelles.

La coopérative d'insémination a réalisé la première étude à grande d'échelle pour évaluer les taureaux génomiques lancés depuis 2010 par rapport aux taureaux indexés sur descendance. Il en ressort que l'index établi par voie génomique reste toujours entaché d'une certaine incertitude ; la valeur réelle est parfois un peu supérieure et parfois inférieure (et parfois égale). La corrélation entre l'index génomique et l'index sur descendance est toujours supérieure à 0,7 pour tous les critères, ce qui est bon.

La coopérative promet de conserver les taureaux génomiques les plus performants et dont l'indice de confiance sera d'au moins 0,9. Mais quel est l'intérêt de tester des taureaux génomiques pour en faire des reproducteurs indexés sur descendance ? Car, le temps de s'assurer qu'un taureau génomique est fiable, ses fils seront déjà meilleurs que lui. Et cela change tout : si l'éleveur choisit un taureau génomique pour 10 vaches il peut se tromper 10 fois ou gagner 10 fois. Mais s'il prend 10 taureaux génomiques pour les 10 vaches, l'étude est catégorique : il améliore à tous les coups le niveau génétique moyen de ses dix produits.


Les jeunes s'impliquent

Mais “que devient le métier d'éleveur s'il n'est plus capable de connaître l'ascendance de ses meilleures vaches ?” lance un éleveur. Et comment intéresser de jeunes éleveurs à la génétique si tout devient anonyme ? Le syndicat avait profité de la motivation des jeunes à la suite du National organisé au Mans pour former une section au sein du syndicat PH 72. Avec 18 membres actuellement (et restant ouverte à toute candidature), elle s'est donné le nom de “Hosteam 72” et diversifie les initiatives : participation à des concours (Printemps des génisses” à Chateau-Gontier, Open show de St-Etienne, etc.), rencontre avec les scolaires pour expliquer le clippage, la préparation des concours, etc. Et le syndicat organisait une après-midi consacrée à la production d'embryons sur l'élevage de Patrice et Lydie Letourneur à Courgenard, élevage de très haut niveau génétique.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services