• Suivez-nous :

accueil
Sarthe > Les troupeaux s'agrandissent
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Sarthe - 15-03-2013

Les troupeaux s'agrandissent

Le nombre de troupeaux diminue mais leurs effectifs montent. Cette tendance générale, le syndicat charolais l'observe aussi. C’était le thème de l’assemblée générale, le 6 mars.

"Un grand troupeau, ce n'est pas un modèle que nous conseillons­, c'est juste une constatation de ce qui se passe aujourd'hui” prévient le président Pascal Langevin avant de proposer d'échanger sur les pratiques que cela suppose, avec Mickaël Trichet, éleveur de Loire-Atlantique­ qui a réalisé jusqu'à 190 vêlages par an. “Le principal problème à résoudre, c'est le temps de travail/vache allaitante,” explique Philippe Dimon de la chambre d'Agriculture, “parce qu'il ne faut pas se laisser déborder et garder assez de temps pour réaliser en bonnes conditions, les travaux de saison, les récoltes de fourrage, les semis, etc. ”

C'est l'expérience qu'a faite Mickaël Trichet. “C'est impossible. Alors nous avons réduit le nombre de mères à 160 aujourd'hui. De plus, en partant de la définition qu'une bonne vache est d'abord celle qui fait un veau vivant par an, nous avons choisi de vendre “les yeux fermés” toutes les vaches qui n'étaient pas pleines en temps, afin de bloquer les vêlages sur deux périodes par an. Périodes pendant lesquelles on va se consacrer aux aspects sanitaires (prévention) à l'alimentation, voire à l'IA pour les vêlées en automne.” La recherche de l'efficacité maximum à tous les niveaux devient une priorité.


Conjoncture plus favorable

“L'affaire de la viande de cheval a montré jusqu'où peut mener la culture du maximum de profit sur le dos des agriculteurs,” commente­ Pascal Langevin. “Mais si cela permet de mettre plus de transparence dans la filière, en particulier au niveau de la transformation, cet épisode n'aura pas été inutile. En attendant, cela encourage les circuits de proximité et les différents partenariats que nous avons mis en place localement (la boucherie “les Eleveurs régionaux”, certains magasins Leclerc, Intermarché et autres ventes directes en caissettes.” Car heureusement, la consommation de viande fraîche ne subit pas de conséquences néfastes. La conjoncture serait même plus favorable que l'an dernier à la même époque.

Enfin, le syndicat enregistre une nouvelle adhésion cette année et met en place une section “jeunes éleveurs”. Le Sebrac s'est aussi porté candidat pour organiser le National en 2016, face à Roanne et Gueugnon.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services