• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > “Zéro artificialisation nette : identifier les spécificités de chaque territoire”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 19-03-2020 - Christian Evon

“Zéro artificialisation nette : identifier les spécificités de chaque territoire”

Champ libre

Xavier Prigent est géomètre-expert à Rennes et vice-président de l'Ordre des géomètres-experts. Il a publié un manifeste sur l'instruction Zéro artificialisation nette.


Fin juillet 2019, le gouvernement a publié une instruction relative à la mise en œuvre, pour 2050, du principe “zéro artificialisation nette”, qui vise notamment l'étalement de l'urbanisation.


“L'artificialisation n'est pas synonyme d'imperméabilisation. La première n'a pas de définition scientifique et associe une partie de sols perméables, alors que le second constitue l'atteinte la plus grave à la biodiversité”, explique Xavier Prigent. “2050 n'est pas une échéance lointaine. Nous sommes en train d'essayer de définir des mesures dont les effets trouveront application a minima à moyen terme. On va essayer d'appliquer de façon homogène et unique cette loi sur l'ensemble du territoire, alors qu'on ne peut pas raisonner de la même façon en Bretagne et en Beauce.”


Xavier Prigent prône une vision transversale sur l'acte de construire et d'aménager. “Les principes généraux qui restent à trouver mériteraient une application contextualisée à chaque typologie de territoire. Tout le monde est d'accord pour dire qu'on consomme trop de terres en France, pas seulement agricoles mais aussi naturelles.”

Selon le code de l'urbanisme, il faut veiller à un équilibre entre le renouvellement urbain et l'utilisation économe des espaces naturels et agricoles. “Il faut arrêter d’opposer la métropole et les espaces ruraux. Avec ce qu'on appelle l'aspiration métropolitaine des territoires, on appauvrit les espaces périurbains et ruraux.”


Le grand défi reste de renforcer le lien entre monde urbain et monde rural. “Il faut combattre le phénomène de désertification des campagnes, qui est gravissime. Avoir de l'agriculture de proximité source de biodiversité, c'est bien. Mais il faut l'adosser aux services et à l'activité économique des petits centres urbains qui se trouvent à proximité.”


Christian Evon



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services