• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > La belle croissance de BFM se poursuit
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 25-03-2019 - Rémi Hagel

La belle croissance de BFM se poursuit

Viande bovine

Boeuf fermier du Maine a connu une hausse de 6 % de ses volumes en 2018, toujours tirés par le steak haché.

Les produits BFM s’écoulent bien. Il faut corriger le tir en Mayenne, ont expliqué le président Mickaël Croiseau (à droite en tribune) et les salariés.

Les produits BFM s’écoulent bien. Il faut corriger le tir en Mayenne, ont expliqué le président Mickaël Croiseau (à droite en tribune) et les salariés.


Bœuf fermier du Maine organise une porte ouverte en élevage lundi 25 mars (1). “On veut montrer que c’est une filière sereine, et porteuse” décrit Vincent Levrard, salarié du label, à l’occasion de l’assemblée générale à Evron lundi 11 mars. De fait, le Boeuf fermier du Maine se porte bien : après une croissance de 16 % en 2017, il réédite une progression de 6 % en 2018, avec 3007 animaux abattus (dont 2911 labellisés). De quoi donner le sourire dans le contexte toujours tendu de la viande bovine. L’activité est tirée par les steaks hachés : +20 %, avec 1237 animaux. “Les habitudes changent, les gens mangent rapidement. BFM a réussi à prendre le train en marche” commente le président Mickaël Croiseau. Un prochain défi : aborder le marché de la viande bio.

Communication porteuse

La viande de qualité trouve son public. BFM récolte aussi les fruits de ses efforts de communication. Le food-truck acquis la saison dernière “plaît énormément”, assure Martin Janvier, en charge de la promotion. La petite caravane a été de sortie pour quatre événements (festival d’Evron, Quatre jours du Mans, etc.) et pour trois animations en boucherie. Visible et convivial, il offre un bon support pour les animations et dégustations. A noter que cette remorque peut être prêtée à tout éleveur qui le souhaite pour une animation. BFM a été présent sur plusieurs autres salons, dont Naturell’Mans et British Welcome en Sarthe. Avec un bilan positif : “C’est à refaire !”
BFM sera partenaire du Printemps des rillettes (du 16 au 24 mars en Sarthe). “On n’y parle pas que de cochon, mais aussi de bœuf” présente Alain Cabannes, directeur du label LPS. “La meilleure façon d’aller chercher les derniers centimes, c’est d’être présent auprès des consommateurs. C’est aussi important que de savoir soigner les animaux” lance-t-il aux éleveurs. Un nouveau barnum a été acquis pour les opérations de promotion.

Convaincre de nouveaux bouchers

L’assemblée générale est aussi l’occasion d’alerter sur les défis à relever, les trajectoires à corriger. Vincent Levrard pointe “un paradoxe”. La Mayenne est l’un des trois premiers apporteurs, mais ne compte que cinq points de vente BFM. Le constat est pire dans l’Orne, avec un seul point de vente, tandis que c’est le deuxième apporteur. Comment démarcher ? Est-ce à chaque éleveur de convaincre son boucher ? Les questions sont sur la table.

La Mayenne est le seul département du quarté de tête à avoir régressé (- 68 bêtes soit 457 animaux), alors que la Sarthe, leader, a écoulé 125 bêtes en plus (à 1289 animaux). Le nombre d’éleveurs du label connaît une légère érosion : 224 éleveurs, soit 8 de moins. La porte-ouverte servira aussi à recruter.

Rémi Hagel

(1) Lundi 25 mars, au Gaec Rouillard, La Locherie 72700 Saint-Georges-du-Bois. Présentation d’un élevage Blond d’Aquitaine (plan d’alimentation, période d’élevage), présentation des chiffres économiques (achat de laitonnes, marge sur atelier, grille de prix).

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services