• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Ces hommes qui ont fait l’histoire du Farmingtour
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 30-11-2018 - Rémi Hagel

Ces hommes qui ont fait l’histoire du Farmingtour

Témoignages

Farmingtour a 20 ans. Il est né et a tenu en marge des principales organisations, grâce à l'engagement d'une poignée de passionnés. Ils se sont retrouvés les 23 et 24 novembre pour cet anniversaire. L'occasion de raconter le chemin parcouru.

De g. à dr. : Pascal Rigollet, André Fouchet, Maurice Perrot et son épouse Brigitte, et Thierry Lamanda se sont retrouvés à Château-Gontier.

De g. à dr. : Pascal Rigollet, André Fouchet, Maurice Perrot et son épouse Brigitte, et Thierry Lamanda se sont retrouvés à Château-Gontier.


Lorsque nous avons démarré ce concours en 1998, nombreux étaient ceux qui pensaient que cette manifestation ne pourrait pas durer”, raconte Maurice Perrot, l'initiateur du salon. Pourtant vingt ans après, ils sont là, heureux de se retrouver. Créateurs du salon et piliers bénévoles, anciens et actuels, ont fait le déplacement à Château-Gontier pour l’anniversaire du Farmingtour.

785 ruminants

Ancien journaliste agricole (PLM, puis Typex), Maurice Perrot avait d'abord initié le Simagena, à Paris, dans l'esprit des open show nord-américain. Le Farmingtour a été créé à Tours (Farming Tours) en 1998. “On l'a démarré de toutes pièces” se souvient André Fouchet. Eleveur breton, il était impliqué dans l'organisation du Space, puis “avec Maurice, on a monté le Simagena. J'étais vice-président du syndicat d'éleveurs Prim’Holstein 35. Tous les autres membres étaient anti-Farming Tours...” A une quinzaine de personnes, ils sont parvenus à mettre sur pied l'événement, qui attirera jusqu'à 785 ruminants en 2005. “Cela reste un record à battre en France” insiste Maurice Perrot.

Juges nord-américains

Le Farming Tours convie des juges nord-américains réputés. En appliquant les méthodes d'outre-Atlantique, le salon va contribuer à modifier les habitudes de l'élevage français. “Le clippage n'existait pas. C'est nous qui avons mis ça en place. Aujourd'hui, tout le monde le fait, c'est une institution” constate André Fouchet. Le juge classe à l'œil, sans se référer aux index. “Nous valorisons des vaches rentables, qui vieillissent bien.”

2005 restera une année importante aussi pour Thierry Lamanda. Alors commercial chez Semex, il va se retrouver ringman aux côtés du juge canadien Michel Guay : “Un énorme souvenir.” Cela marquera le début d'une implication plus forte. “J'ai eu la chance que Thierry ait assuré la transition” savoure Maurice Perrot. En effet, le père du salon aspirait à prendre sa retraite. “C'est comme s'il m'avait confié un paquet en me disant : 'Prends-en soin'” poursuit Thierry Lamanda. Les circonstances ne faciliteront pas l'exercice. En 2007 surviennent la FCO et la crise laitière. Cela marque un coup d'arrêt. Le tarif élevé de la location à Tours pousse les organisateurs à déménager pour repartir de zéro.

Les dix ans à Château-Gontier

Anniversaire dans l'anniversaire, le salon a donc redémarré à Château-Gontier il y a dix ans, en 2008. “La ville était bien située, la municipalité était désireuse de nous accueillir, nous mettant à disposition les locaux et le personnel municipal” raconte Thierry Lamanda. Mais il fallait tout rebâtir : “J'ai passé des semaines et des semaines, au téléphone ou à me déplacer pour remobiliser les troupes” se souvient Régis Mainguy, autre pilier du concours.

Après quelques années, Thierry Lamanda s'éloignera, accaparé par le développement de son entreprise. Un moment président, André Fouchet passera également la main en 2010. Entre-temps, une nouvelle figure a émergé : Patrick Bricaud, l’actuel président.

L’éleveur de Châtelain n'avait pourtant pas le profil type : il élevait des Brunes et ne fréquentait pas les concours ! Mais “je trouvais la démarche intéressante, c'est l'éleveur qui décide, c'est convivial”. Ancien président de la FDSEA 53, il en gardait “beaucoup de contacts qui pouvaient servir”.

A nouveau, le sort s'acharne : le salon est annulé en 2015 pour cause de FCO, couplé à une nouvelle crise laitière. “Ça a été dur, financièrement.” Les sponsors eux-mêmes étaient en difficulté. Mais le salon a tenu : “On serre les boulons, on fait le dos rond.” Au final, le concours est là, et “les éleveurs sont contents”. On retrouve cet argument défendu par tous : “Farmingtour a été créé par des éleveurs et pour des éleveurs. C'était vrai en 1998, et c'est encore vrai en 2018”, apprécie Maurice Perrot.

Régénérescence

Le salon n'a pas encore retrouvé sa dimension d'antan. Les contraintes sanitaires découragent les éleveurs étrangers. Aussi, “en vingt ans, les autres salons ont évolué”. Ils ont intégré certaines pratiques lancées par les open shows. “Avant au Space, les concours se déroulaient sur trois jours, aujourd'hui sur un seul. Des éleveurs ont profité de notre organisation au début, et préfèrent aujourd'hui aller où les concours sont gratuits” décrypte Maurice Perrot.

Indépendant, construit en marge des cadres officiels, le Farmingtour ne bénéficie toujours pas du soutien des principales organisations agricoles. “C'est dommage que le para-agricole ne soit pas plus impliqué. Ils oublient que c'est organisé par leurs clients” regrette Thierry Lamanda.

Cette année, avec plus de 300 ruminants (190 Holstein, et des Normandes, des Jersiaises, des Montbéliardes, et 50 chèvres), le salon retrouve des couleurs. La présence d’acheteurs suisses et de Michel Guay sur le ring, le juge québécois de la fameuse année 2005, sont autant de symboles positifs. “On commence à sentir une régénérescence” constate Patrick Bricaud. De jeunes éleveurs ont rejoint l'équipe bénévole. “La nouvelle halle est exceptionnelle, le ring fait envie. Ces 20 ans laissent espérer une nouvelle mobilisation des éleveurs. Il faut y croire !” lance Régis Mainguy.

Rémi Hagel

A noter : Maurice Perrot a retracé l'histoire de la Holstein et du Farmingtour dans son livre Une histoire frisonne à l'école Holstein - 10 € (disponible à l'Avenir agricole).


Signaler un abus

Catégories : Concours

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services