• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Foirail : à Château-Gontier, le marché le mardi, c’est fini
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 15-10-2018 - Rémi Hagel

Foirail : à Château-Gontier, le marché le mardi, c’est fini

Mayenne

Malgré les tapis installés, le marché du mardi n'attire pas les négociants. (Photo archive du 18 septembre)

Malgré les tapis installés, le marché du mardi n'attire pas les négociants. (Photo archive du 18 septembre)


"On l'a en travers de la gorge, tout le monde est profondément déçu…” Mardi 9 octobre, le marché aux broutards n'a accueilli que 25 animaux, un mois tout juste après son inauguration. Et seulement 47 la semaine d'avant. La mort dans l'âme, les responsables du marché annoncent que les prochains marchés du mardi après-midi seront supprimés. Le marché aux broutards se tiendra en même temps que le marché aux veaux, le jeudi matin, à compter de ce jeudi 18 octobre. Au parc Saint-Fiacre, les veaux resteront sous l'ancien foirail tandis que les broutards continueront dans le nouveau bâtiment voisin, équipé des nouveaux parcs. Le jeudi devrait permettre aux anciens opérateurs du marché de Fougères de venir travailler. Ils avaient fait savoir en amont que ce jour leur convenait mieux. Château-Gontier avait misé sur le mardi, pour reprendre la place laissée par Laval, et parce que certains négociants semblaient préférer ce jour de début de semaine Faux espoir.

Au tapis

Certes, le sol glissant le jour du premier marché le 4 septembre en a refroidi plus d'un. Mais le foirail de Château-Gontier a vite réagi en faisant installer des tapis dès le mardi suivant. “Le 25 septembre, on a eu un marché quasi normal, avec une centaine de bovins, une bonne ambiance commerciale. Tout le monde semblait content, acheteurs comme vendeurs. Et puis patatras !” déplore Jean-Jacques Gendry, en charge du marché pour la ville. “Le bouche-à-oreille a fonctionné pour dénigrer le marché, mais pas dans l'autre sens.” Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir relancé, alerté les négociants, par courrier, par mail, sur Twitter, mais… “ils ont fait le choix de continuer d'aller à Châteaubriant ou d'aller approvisionner directement les abattoirs. On a fourni un effort important pour mettre un outil à disposition de la filière, et puis… 'Non'.” L'amertume est grande.

Des essais ont été menés pour rendre le sol antidérapant sur l'intégralité de la surface de la halle, en vue de se passer des tapis ultérieurement. Mais la mise en œuvre risque de prendre un certain temps, car cela aura un coût, et il faut commencer par établir les responsabilités dans l'origine des défauts initiaux.

Rémi Hagel


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services