• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Le nouveau foirail de Château-Gontier a attiré
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 10-09-2018 - Rémi Hagel

Le nouveau foirail de Château-Gontier a attiré

Mardi 4 septembre, le premier marché aux broutards s’est déroulé dans la nouvelle halle du parc Saint-Fiacre de Château-Gontier, en remplacement du marché de Fougères. Une forte affluence était au rendez-vous. Reste à corriger les sols trop glissants.

Les négociants étaient présents pour ce premier marché.

Les négociants étaient présents pour ce premier marché.


Aujourd’hui, c’est le test grandeur nature !” lâche Philippe Henry, le maire et président de la Saem du foirail, ce mardi midi. A 14 h au début des ventes, les parcs se sont remplis. 278 bestiaux : broutards, gros bovins et même quelques veaux. A la fin, presque tous vendus, à des prix comparables à ceux de Cholet et Lezay. “On est agréablement surpris. Je me serais estimé heureux à 100-150 bovins” avoue Jean-Jacques Gendry, responsable du marché. Avant de fermer, l’Aumaillerie à Fougères ne tournait plus qu’à 150 bêtes.

Prudents, mais présents

Vingt-cinq opérateurs ont apporté des animaux ce mardi. “C’est bien, c’est un plus pour nous” témoigne-t-on aux Ets Gaultier (Saint-Erblon). “Personnellement, je trouve ça bien” complète Roger-Pierre Lerichomme (Javron-les-Chapelles). “Si ça peut se faire là, ça peut être bien” estime, prudent, Christophe Angot (Orne). Christian Geslan (Orne) avoue être venu “par curiosité”. Aucun ne s’enflamme, chacun attend de voir, d’envisager le lien avec Châteaubriant le lendemain. Mais ils sont là, “ils ont joué le jeu. On a posé une nouvelle date sur le calendrier” se réjouit Philippe Henry. “Après la disparition des marchés de Fougères et de Laval, il y a une place.”

Pas de bruit

Gilles Rousseau, le président national des marchés, a fait le déplacement : “Pour une fois qu’une collectivité a compris l’intérêt des cotations… C’est merveilleux ! Et Fougères a eu la patience d’attendre pour fermer.” Il admire les parcs : “Ce système est unique. Il va faire école” promet-il. “Ces parcs posés au sol étaient ce qui inquiétait beaucoup de monde, et on voit que cela se passe bien. Aussi, il n’y a pas de bruit, pas d’agression sonore” commente Michel Peudenier, président de la FFCB Bretagne et représentant le marché de Fougères.
Ce dernier a œuvré pour que le nouveau marché réussisse : “J’ai fait en sorte qu’il n’y ait pas d’arrêt brutal à Fougères et que la transition soit possible. On a quitté l’Aumaillerie jeudi dernier, avec une séance nostalgique. C’est une page d’un grand livre qui se ferme, on va en ouvrir une autre.”

Glissades

Pourtant, ce premier marché de la nouvelle ère du foirail a failli finir en dégringolade : le sol en résine de la halle neuve est trop glissant pour les onglons des bovins. Une vraie patinoire au moment des débarquements. Les bovins chutent. Un souci qui saute aux yeux de tous. Il sera impérativement et vite résolu par l’installation de revêtements/tapis, dès la prochaine séance (c'est du moins l'objectif de la mairie). “Nous avions la contrainte sanitaire de proposer un sol en résine pour éviter toute érosion par les urines et permettre un nettoyage parfait” justifie Philippe Henry. “Le cahier des charges précisait bien que le sol ne devait pas être glissant, mais cette contrainte technique n’a pas été suivie” regrette Jean-Jacques Gendry. “On va éprouver l’outil, il y a des choses qui vont devoir se mettre en place petit à petit” prévenait Philippe Henry. On commencera par les tapis.

Rémi Hagel


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services