• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Grandes cultures > Pourquoi les acomptes du prix du blé sont si inférieurs aux cours
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Grandes cultures - 17-08-2018

Pourquoi les acomptes du prix du blé sont si inférieurs aux cours

Les acomptes du prix du blé versés par les organismes stockeurs (OS) ont provoqué la colère d’agriculteurs, dans un contexte de hausse des cours. Faut-il pour autant s’en détourner et vendre sur le marché à terme ?

Avec des tarifs de 130 € à 140 € la tonne, les acomptes versés par les organismes stockeurs (OS) après les moissons sont très en-deçà des cours actuels, qui dépassaient début août les 200 euros. Ces prix d’acompte sont “complètement déconnectés d’un marché porteur”, dénonce la FDSEA du Maine-et-Loire. “Cette politique de prix consiste à utiliser la trésorerie des producteurs en attendant des compléments de prix à venir”, dénonce le syndicat qui se dit que cette attitude “ne fait que renforcer la défiance que peuvent avoir certains agriculteurs vis-à-vis des organisations économiques agricoles”. Pour le secrétaire général du syndicat Emmanuel Lachaize, “il faut réajuster le plus rapidement possible par rapport au prix du marché, pas question d’attendre octobre, décembre ou l’année prochaine”. La FDSEA 49 a contacté différents OS, qui visiblement avaient chacun versé peu ou prou le même montant d’acompte. “On leur a demandé des réajustements rapides de quinze euros de plus par tonne, de s’engager sur des montants pour les prochaines échéances”, raconte Mickaël Aubert, responsable grandes cultures de la FDSEA 49. Le syndicat s’est vu opposer une fin de non-recevoir. De son côté, le président de la fédération du négoce de l’Ouest Serge Blordier (Pelé Agri-conseil), joint par téléphone, a refusé de répondre à nos sollicitations.

Récolte en baisse

“Le prix d'acompte n’est qu’un prix d’acompte, ce n’est rien d’autre qu’une avance de trésorerie !” explique Pierre-Alexis Hecquet, d’Agri-Négoce, dans une belle tautologie. Pour l’acheteur céréales de cet organisme stockeur, “comme on ne savait pas où allaient les cours, on ne pouvait pas partir sur un prix très élevé en début de campagne, mais des réactualisations interviendront, on connaîtra le réel prix d’acompte au mois de septembre”. De fait, au moment de la moisson, quand les prix d’acomptes sont sortis, les cours étaient encore aux alentours de 150 €.


Lire la suite dans notre édition



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services