• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Au Gaec Gardanès, un bâtiment et des équipements de pointe
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Élevages - 03-08-2018

Au Gaec Gardanès, un bâtiment et des équipements de pointe

Jeudi 30 août, Prim’holstein 53 organise sa grande porte ouverte biennale. Elle se tiendra au Gaec Gardanès à Astillé (Mayenne). Les cinq associés familiaux y produisent 1,2 million de litres de lait, dans un bâtiment neuf, équipé de la panoplie high-tech DeLaval. Visite guidée.

L’accent ne trompe pas : la famille Gardanès est originaire du
Tarn-et-Garonne. “Mes parents, Didier et Véronique, produisaient du lait et de l’ail sur 40 ha. On ne pouvait pas s’agrandir” raconte Nicolas Gardanès. La ferme était trop petite pour espérer installer les enfants. “Nous avons décidé de déménager dans le Nord-Ouest, pour le lait.” Par l’intermédiaire d’une agence, ils ont trouvé cette exploitation de 160 ha à Astillé, en 2010. Nicolas s’installe en 2011, suivi par son frère
Clément en 2015, et enfin la femme de celui-ci, Sarah, en 2016.

Aujourd’hui, le Gaec produit 1,2 million de litres de lait sur 230 ha (dont 110 de cultures de vente), ainsi que des veaux de
boucherie et des porcs en engraissement.

Lire la suite dans notre édition

Le génotypage pour guider les choix

Le Gaec Gardanès vient de faire génotyper 66 femelles. Les résultats sont très hétérogènes, les Isu allant de 91 à 197 ! La moyenne des femelles est de 133 points, treize de moins que la moyenne nationale. Or, “un point, c’est 5 VL/an” rappelle Mickaël Beauchêne, technicien Evolution. L’une des explications est que Nicolas Gardanès a misé sur les aplombs pour ses choix d’accouplement. Il pourra maintenant corriger en choisissant des taureaux plus laitiers. Une autre partie de l’explication tient à la diversité des origines des taureaux utilisés : Français, Européens, Américains… Le panorama du génotypage donne de la fierté à Evolution : “Les taureaux français sont en moyenne 10 points au-dessus des autres” glisse Mickaël Beauchêne.

Le génotypage va guider les choix des éleveurs : les vaches qui ressortent entre 90 et 130 points d’Isu pourront être mises au croisement, ou vendues. Les meilleures pourront bénéficier de semences sexées.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services