• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > L'agriculture, un patrimoine sur scène
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 17-07-2018 - Rémi Hagel

L'agriculture, un patrimoine sur scène

Le festival itinérant Les Nuits de la Mayenne posera ses planches dans divers lieux de patrimoine du 18 juillet au 9 août, y compris dans une stabulation, à Montflours, le 1er août.

La pièce de théâtre sera jouée dans une stabulation agricole de Montflours, à la Brébionnière.

La pièce de théâtre sera jouée dans une stabulation agricole de Montflours, à la Brébionnière.


Les Nuits de la Mayenne mettent en valeur le patrimoine du département en installant les scènes des spectacles dans les cours de châteaux et sur les places de villages. Mais “en Mayenne, le patrimoine, c'est aussi l'agriculture !” lance Coralie Cavan, la programmatrice du festival. Ainsi, au milieu des pièces classiques et des nobles demeures, on trouvera cette représentation du 1er août, dédiée à l'agriculture. Cette soirée est d'autant plus exceptionnelle que “l'agriculture est un sujet peu abordé au théâtre. Il y a des liens à faire entre culture et agriculture”. Elle sera le sujet de la pièce qui sera interprétée, et aussi le décor, puisque le spectacle sera donné dans la stabulation de Jérôme Breux, agriculteur à Montflours.

Un tournage en Mayenne

La pièce, Les fils de la terre, interprétée par la Compagnie Arbre, est tirée du film éponyme d’Edouard Bergeon (1). Le réalisateur, ancien journaliste de France 2 et fils d'agriculteur, avait consacré ce film au suicide (marqué par celui de son père). Hasard des calendriers, Edouard Bergeon tourne son nouveau film en Mayenne (à Saint-Pierre-sur-Orthe et Izé, notamment) ce mois de juillet, avec Guillaume Canet, Rufus, et des figurants locaux. Elise Noiraud, auteure de la pièce de théâtre de la Cie Arbre, joue également dans ce film. Un film qui évoquera trois générations d'agriculteurs.

La question du suicide n’est pas centrale dans la pièce jouée à Montflours, une pièce qui se termine par une note d'espoir. Le sujet principal est la question de la transmission, des relations parents-enfants : dans un hameau du sud de la France, Sébastien, un jeune agriculteur, porte à bout de bras la ferme familiale. Il travaille aux côtés de son père, paysan retraité, qui considère que son fils n’est pas capable de s’en sortir seul. La ferme est dans une situation intenable : Sébastien croule sous les dettes parce que le lait qu’il produit se vend chaque jour moins cher. Et chaque jour, son père lui répète qu’il ne fera jamais aussi bien que lui. De pressions financières en pressions familiales, le fils va devoir choisir : sauver la ferme de son père ou sauver sa vie.

“On s'identifie”

Les fils de la terre part de questions économiques pour plonger peu à peu dans des questions humaines et interroger le thème de la filiation. C'est ce qui a séduit la programmatrice : “Cela dépasse le contexte agricole, va au-delà des questions sociales, et parle de l'humain.” Ainsi, Coralie Cavan considère que “quel que soit notre milieu social, on s'y retrouve. On s'identifie aux personnages, sans jugement de valeur. On comprend le père qui a travaillé toute sa vie, la mère qui est tiraillée entre ces deux hommes, et le fils qui a raison de vouloir tout faire valser. Ils sont humains.”

Heureusement, la vie n'est pas toujours aussi dramatique : l'agriculteur qui accueillera le spectacle représente la
quatrième génération sur place.

Rémi Hagel

• 1er août : 21 h 30 à Montflours (ferme La Brebionnière), Les fils de la terre, par la Cie Arbre.
• 2 août : 19 h, à Montflours (église), projection du film d’Edouard Bergeon, Les fils de la terre.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services