• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Nouvelle mise en demeure pour Aprochim
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 09-05-2018

Nouvelle mise en demeure pour Aprochim

Pollution aux PCB

L’entreprise Aprochim a trois mois pour prendre les dispositions qui limiteront ses émissions de PCB, lui intime un arrêté du 23 avril. Le préfet de la Mayenne cible notamment l’impact de la pollution sur l’activité agricole.


Le préfet met en demeure (comme en 2011, 2012, ou encore 2015) l’entreprise de Grez-en-Bouère de prendre ses dispositions pour endiguer les rejets autour de son site : spécialisée dans le traitement des
déchets toxiques, en particulier les matières souillées aux polychlorobiphényles et polychloroterphényles (des PCB), Aprochim est reconnue source d’une pollution diffuse, dans son environnement.

“Dans un délai de trois mois à partir de la notification du présent arrêté, la société Aprochim est mise en demeure de respecter les dispositions visant à arrêter les émissions de PCB et de dioxines/furanes issues de son site dans l’environnement extérieur à l’établissement.”

Le préfet justifie notamment son arrêté par le fait que “ces dépassements nuisent [aux activités de] l’agriculture sur son volet production de végétaux utiles à l’élevage des animaux”. Aprochim ne respecte pas ce pour quoi elle s’était “engagée” en 2006, rappelle la préfecture : “Que son activité n’ait qu’un impact minime sur l’agriculture.”
En décembre dernier, des analyses de végétaux ont montré une teneur largement supérieure à la normale. La société doit impérativement tout mettre en œuvre pour que “les concentrations dans les herbes en PCCDD/F + PCBdl à 12 % d’humidité soient inférieurs à la valeur de la commercialisation des fourrages au niveau de l’ensemble des stations situées à l’extérieur des limites de la propriété”, dans le cadre du plan de surveillance du site. Le 23 juillet prochain, l’usine devra répondre aux exigences du préfet. Sous peine de sanctions pénales, de lourdes amendes ou plus encore, de fermeture.

Quatre mois à l’arrêt

Cet arrêté intervient alors que l’usine vient tout juste de redémarrer apès un incendie. Le 13 octobre 2017, une explosion à l’intérieur des bâtiments, suivie d’un incendie, avait conduit à stopper l’activité. Une première mise en demeure, relative aux installations techniques, et sous contrôle de la DGAL, avait alors été notifiée à l’entreprise. L’activité n’a repris que le 20 mars dernier, de manière “partielle et sous surveillance” de la préfecture. Un contrôle devait avoir lieu en avril, après la reprise d’activité.

Déclarée en janvier 2011, après avoir été découverte sur une collecte de lait, la pollution aux PCB autour du site de Grez-en-Bouère est source de rebondissements en série. Parmi les premiers actes, l’arrêt de plusieurs activités de vente directe et l’abattage de 400 bovins contaminés, impropres à la consommation. Des associations locales ont réclamé la fermeture de l’usine.

Frédéric Gérard

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services