• Suivez-nous :

accueil
Maine-et-Loire > Le Saumurois veut pacifier les relations entre les agriculteurs et leurs voisins
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Maine-et-Loire - 23-04-2018 - Antoine Humeau

Le Saumurois veut pacifier les relations entre les agriculteurs et leurs voisins

Vie locale


L’agglomération de Saumur (Saumur Val-de-Loire) vient d’éditer un Guide du bon voisinage en Saumurois. C’est une première en Maine-et-Loire. Le document, édité à 5 000 exemplaires, propose sur seize pages quelques conseils à destination des habitants des communes rurales du secteur. Aux non-agriculteurs, il est ainsi suggéré de “ne pas entrer dans les champs pour se servir dans les cultures” ou de ne pas “laisser son chien déranger les animaux d’élevage”.

Outre ces quelques recommandations, le guide suggère aux agriculteurs et à leurs riverains de s’ouvrir, se rencontrer, être accueillants. “Beaucoup de conflits naissent à cause d’une méconnaissance de l’autre”, constate Jérôme Harrault, vice-président de l’agglomération en charge de l’agriculture. Dialoguer permettrait ainsi d’éviter certains malentendus. “Voir un agriculteur traiter ses cultures en pleine chaleur, beaucoup de gens ne comprennent pas, il faut l’expliquer”, poursuit l’élu, par ailleurs maire d’Allonnes et agriculteur. “Il y a des choses compliquées à faire comprendre : par exemple les arrêtés préfectoraux qui interdisent d’irriguer à certains moments et en certains endroits, complète Jean-Michel Marchand, président de Saumur Val-de-Loire. Les riverains qui ne comprennent pas toujours les détails de ces interdictions s’étonnent parfois de voir de l’arrosage en pleine journée”.

De même, les odeurs de lisier, aux moments des épandages, ne sont pas toujours bien acceptées par les voisins, surtout quand ils viennent d’étendre leur linge. A Longué, Sylvain Sureau semble avoir trouvé la solution : “Au début, j’ai distribué des papiers dans les boîtes à lettres de tous les voisins pour les informer, et maintenant avant d’épandre, je leur envoie un mail pour les prévenir.”

Pas facile non plus pour les automobilistes de rester patients derrière un convoi agricole qui provoque un bouchon sur le pont. Mais “il n’y a que trois franchissements de la Loire, rappelle Jean-Michel Marchand, et certains agriculteurs ont des parcelles de chaque côté de la Loire”. Alors il faut expliquer, et prendre son mal en patience.

Antoine Humeau

Pour en savoir plus

Le guide est à télécharger ici


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services