• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Agroforesterie : dans les parcelles, chaque élevage peut y trouver son compte
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Élevages - 09-03-2018 - Christian Evon

Agroforesterie : dans les parcelles, chaque élevage peut y trouver son compte

Bien calibrées, la hauteur et la distance du fil lisse électrifié en clôture déporté permettent un minimum d’entretien et une bonne protection des arbres.

Bien calibrées, la hauteur et la distance du fil lisse électrifié en clôture déporté permettent un minimum d’entretien et une bonne protection des arbres.


Eleveurs de bovins, laitiers ou allaitants, éleveurs de volailles ou de porcs bio en parcours plein air : chaque exploitation agricole vise, selon ses projets, plusieurs objectifs quant à la mise en place de systèmes agroforestiers intraparcellaires. C’est dans ce contexte que la chambre d’ Agriculture des Pays-de-la-Loire organise les rencontres de l'agroforesterie, dont le premier rendez-vous s'est déroulé le 1er mars en Loire-Atlantique, à Herbignac, dans un Gaec orienté vaches laitières.

“Un collectif d'exploitations du nord du département, toutes en polyculture-élevage, a permis de suivre dix parcelles de référence pendant trois ans (2015 à 2017) et d'en mesurer les effets sur la production agricole et la biodiversité”, explique Jean-Charles Vicet, chargé de mission agroforesterie à la chambre d’Agriculture régionale.
L'ombre a un impact sur le bien-être et la production.

Dans les exploitations suivies, une étude a mis en évidence les résultats obtenus sur le bien-être animal et les performances de croissance des animaux. A la ferme expérimentale de Derval, une parcelle témoin (sans arbres) et une parcelle agroforestière, où avaient été installés des parasols à la place d’arbres à maturité, a permis de suivre deux lots de génisses durant cinq semaines. Les résultats sont probants. En suivant le gain de GMQ des animaux, la consommation d'eau et l'ingestion d'herbe, ils montrent un effet de l'ombre sur le temps de pâturage et la quantité d'herbe ingérée.

En effet, l'étude du comportement des génisses pendant trois jours a montré que quand elles ne bénéficient pas d'ombre, elles ont un comportement qui témoigne d'un stress.

Atténué grâce aux parasols, l'impact est alors positif sur leurs performances de croissance. Sans surprise, la présence d'insectes auxiliaires en parcelles agroforestières était plus importante à la fin de l'étude qu'au début. Au fur et à mesure de leur croissance, un peu comme dans la haie, la ligne d'arbres abrite des syrphes, des chrysopes et des coccinelles. La bonne répartition des carabes est aussi un bon indicateur.

Les suivis de l'agronomie, des prairies et des auxiliaires de culture vont se poursuivre dans le temps, pour mieux mesurer l'impact de la croissance des arbres, donc de l'agroforesterie. La qualité de pâturage des prairies est optimisée en système agroforestier, mais comparer les flores prairiales aujourd’hui est peu significatif les parcelles sont très différentes au niveau de l’historique et des itinéraires techniques.

Christian Evon


A noter => Il reste encore deux dates : jeudi 15 mars à Congé-sur-Orne (Sarthe) à partir de 9 h 30, agroforesterie et volailles. Et le 29 mars à Juigné-sur-Loire (Maine-et-Loire) à partir de 14 h, agroforesterie et viticulture.


Signaler un abus

MOTS CLés : agroforesterie /

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services