• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins viande > De nombreux reproducteurs en vente à Châteaubriant le 9 mars
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins viande - 05-03-2018 - Christian Evon

De nombreux reproducteurs en vente à Châteaubriant le 9 mars

Elevage allaitant

Jean-Luc Besson (au centre), entouré de Nicolas Caharel et Thomas Douillard, respectivement président des syndicats d’élevage Blonde d’Aquitaine et Rouge des Prés.

Jean-Luc Besson (au centre), entouré de Nicolas Caharel et Thomas Douillard, respectivement président des syndicats d’élevage Blonde d’Aquitaine et Rouge des Prés.


Vendredi 9 mars au foirail de Châteaubriant, Elevage conseil Loire Anjou organise une vente de reproducteurs viande en partenariat avec les syndicats de race de Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire, ainsi que les organisations d'élevage et de producteurs. A une semaine de l'événement, les organisateurs ont fait le plein. “On attend une cinquantaine de mâles âgés de 6-7 mois à près de 20 mois : une quinzaine de Rouge des Prés et autant de Limousins, et environ 12 Charolais et Blond d'Aquitaine”, précise Jean-Luc Besson, responsable de la filière viande à Elevage conseil Loire Anjou. Le catalogue sera disponible le 7 mars sur le site internet
d’Elevave conseil.

“Notre objectif est de pérenniser cette vente de printemps à Châteaubriant, au cœur d'un important bassin d'élevage. La vente d'automne est maintenue à Cholet.” Les animaux sont issus de cheptels inscrits et adhérents au contrôle de performance. Ils ont été sélectionnés sur leur niveau génétique et leurs performances, avec des garanties sanitaires individuelles BVD et IBR. Il s'agit d'une vente de gré à gré, l'entreprise n'intervenant pas dans ce domaine.

A partir de 9 h 45, un accueil spécifique sera proposé aux acheteurs potentiels pour échanger autour d'un conseil individualisé.

“L'éleveur doit pouvoir trier les animaux en fonction de ce qu'il recherche : viande ou format, croissance ou qualités maternelles. Pour cela, les index fournissent des infos précieuses. Nos conseillers viande sauront les orienter vers quelques taureaux répondant à leurs attentes”, poursuit Jean-Luc Besson. “Il faut que l'animal tape à l'œil et présente des qualités de race. Si sa tête ne correspond pas à ce qu'on veut, il ne faut pas l'acheter.” Lors d'une vente, l'éleveur vient acheter un reproducteur avec des index, qui lui apportera de l'amélioration génétique sur son troupeau. “L'achat doit être efficace et si la transaction ne se fait par le jour même, les vendeurs auront quand même des contacts.”

Le génotypage s’installe en bovins viande


L'objectif est que les animaux présentés à la vente soient supérieurs à la moyenne de chaque race, “dans le but de tirer tout le monde vers le haut”. “Les index de performances sont là pour rassurer les acheteurs.” Pour des vêlages faciles, on s'orientera plutôt vers un taureau à génisses alors que pour des animaux de viande, on recherchera un taureau à vaches. “L'éleveur doit rester maître de son achat et donc de son troupeau. Un reproducteur va faire trois à cinq campagnes de monte et à raison de 20 à 25 veaux par an, il est fréquent que les deux tiers d'un troupeau soient issus d'un même animal.”

Depuis deux ans, la génomique est entrée dans le processus de choix d'un taureau de race à viande. “Cette technologie est encore assez jeune sur les index mais bientôt, il sera souhaitable que tout mâle d'un an vendu soit génotypé”, conclut Jean-Luc Besson. En plus d'un gain de temps sur le progrès génétique, la génomique permet de détecter des gènes d'intérêt, dont des anomalies génétiques.

Christian Evon

A noter => Vente de reproducteurs, vendredi 9 mars, de 10h à 13h, au Foirail de Châteaubriant.

Pour en savoir plus
www.elevage-conseil.fr
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services