• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > “La loi devra rééquilibrer le rapport de forces en faveur des producteurs”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 02-02-2018 - Christian Evon

“La loi devra rééquilibrer le rapport de forces en faveur des producteurs”

François de Rugy, député LRM de Loire-Atlantique et président de l’Assemblée nationale, s’est rendu la semaine dernière sur une exploitation laitière du département à l’invitation de la Coordination rurale 44.

François de Rugy, député LRM de Loire-Atlantique et président de l’Assemblée nationale, s’est rendu la semaine dernière sur une exploitation laitière du département à l’invitation de la Coordination rurale 44.

François de Rugy, député LRM de Loire-Atlantique et président de l’Assemblée nationale, s’est rendu la semaine dernière sur une exploitation laitière du département à l’invitation de la Coordination rurale 44.


C’est très important que les députés et le président de l’Assemblée aillent sur le terrain. En discutant avec les producteurs, on voit bien la complexité de tous les enjeux” explique François de Rugy, accueilli par Catherine Laillé sur l’exploitation laitière de Fabien Babin à Saint-Etienne-de-Montluc. “Je crois que les députés partagent, dans la majorité et même au-delà, la volonté d’une régulation de la production. Malheureusement, la disparition des quotas il y a trois ans, a produit des effets qui lancent les producteurs dans une course aux volumes. On ne peut pas être dans la liberté totale du marché, sinon on risque d’assister à la surproduction, qui entraîne la crise et des prix très bas, avec des rémunérations pour les producteurs de plus en plus faibles.”

Le projet de loi du gouvernement sur les relations commerciales va être discuté au Parlement. “L’objectif des Etats généraux de l’alimentation était de tracer de nouvelles règles. Si on n’y fait pas attention, on voit bien qu’il peut y avoir des évolutions qu’on ne maîtrisera pas, extrêmement négatives pour les exploitations laitières. Ce sera alors la course à la taille et à la quantité, au détriment aussi de la qualité pour le consommateur”, explique François de Rugy.

“C’est la loi qui permet de rééquilibrer le rapport de forces en faveur des producteurs. Car si on laisse faire le marché de façon pure et dure, c’est le plus fort qui gagne, c’est-à-dire en France les centrales d’achat. Il n’y a pas assez de transparence dans les négociations commerciales, ça amène à des dérives et à une opacité au détriment des producteurs. Les consommateurs, attachés à la qualité et à la sécurité, ont une offre de produits alimentaires bon marché. Il y a peut-être à travailler sur la montée en gamme : là aussi, il y a une demande sociétale de plus en plus forte.”

“Le rôle de ceux qui font la loi, c’est de garantir qu’il y ait un équilibre entre tous les maillons de la filière. Il faut trouver un mécanisme qui garantisse des prix afin de permettre aux producteurs de bien vivre, sans évidemment fausser le marché.”

Christian Evon


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services