• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Etats généraux de l'Alimentation : et maintenant, on fait quoi ?
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 04-01-2018 - Christian Evon

Etats généraux de l'Alimentation : et maintenant, on fait quoi ?

FOCUS

Les règles de la contractualisation sont appelées à évoluer, mais selon Olivier Dauvers “la guerre des prix ne peut s’arrêter, et seul le consommateur en bénéficie”.

Les règles de la contractualisation sont appelées à évoluer, mais selon Olivier Dauvers “la guerre des prix ne peut s’arrêter, et seul le consommateur en bénéficie”.


Cinq mois de travaux, quatorze ateliers et plus de 700 participants, une consultation publique qui a recueilli 17 000 contributions… Tous les acteurs se sont mobilisés pour ces Etats généraux de l’alimentation autour de deux objectifs majeurs : relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition, permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes.

Le gouvernement va déposer un projet de loi pour remettre à plat les règles du jeu. Le Code du commerce sera révisé, avec le rehaussement de 10 % du seuil de revente à perte pour les produits alimentaires et la limitation des promotions ; Ce qui satisfait les organisations agricoles.

C’est plus flou en revanche sur l’évolution des pratiques agricoles. Plusieurs plans doivent être dévoilés au premier semestre, mais les ONG sont inquiètes. “Les conclusions ne sont pas à la hauteur de la qualité du travail et des propositions qui ont été faites dans les ateliers” a déclaré Nicolas Hulot, dont l’absence lors de la clôture des EGA a été très remarquée.

Christian Evon


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services