• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Sanitaire > Ecorner les veaux en toute sécurité, pour le confort de l'animal
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Sanitaire - 20-07-2017 - Christian Evon

Ecorner les veaux en toute sécurité, pour le confort de l'animal

SANITAIRE

“L'ébourgeonnage est un geste technique qui peut avoir des ratés. Ce n'est agréable ni pour vous, ni pour le veau”. Il est conseillé de désinfecter la plaie à l'aide d'un spray antiseptique.

“L'ébourgeonnage est un geste technique qui peut avoir des ratés. Ce n'est agréable ni pour vous, ni pour le veau”. Il est conseillé de désinfecter la plaie à l'aide d'un spray antiseptique.


Il n'y a pas de loi autour de la prise en charge de la douleur du veau mais pour le confort de l'animal, la législation française va fortement évoluer ces prochaines années. Jusqu'à maintenant, seule une recommandation du Conseil de l'Europe existe pour les jeunes bovins de moins de deux mois. Pour le moment, vous n'êtes pas obligés de mettre en place un système d'anesthésie ni un anti-inflammatoire”, explique Clara Bourel, vétérinaire au GDS de Maine-et-Loire. “Avant l'âge de 2 mois, la corne n'est pas fixée à l'os : elle forme un petit bourgeon, l'ébourgeonnage étant l'action pour le faire disparaître. Après, l'os cornual va fusionner avec les sinus et une intervention tardive pourrait entraîner une surinfection.”

Le mois dernier, une demi-journée technique organisée par Farago au Gaec des Landes, à La Chapelle-Glain (Loire-Atlantique), a rassemblé une cinquantaine d'éleveurs de Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire. “Depuis la réorganisation de Farago au niveau régional, le parage est l'un des pôles d'activité en plein développement”, explique Jérôme Monnier, responsable commercial Farago. “Soit vous écornez vous-mêmes les jeunes veaux, soit on réalise la prestation pour vous.” Des formations existent pour améliorer les pratiques d'écornage et apprendre à mieux prendre en charge la douleur.

“Ça reste une opération chirurgicale”

“C'est un geste technique, qui n'est agréable ni pour vous, ni pour le veau”, explique Pascal Fonchain, de l'entreprise Kalfarm, et concepteur de la méthode Horn'up. “Il y a trois méthodes d'écornage : par cauthérisateur ou avec un brûle-corne, selon des protocoles semblables. Attention, la température peut monter jusqu'à 500 °C et occasionner des brûlures au 3e degré. Et enfin la pâte, qui se pratique dans les deux premières semaines de vie de l'animal, mais qui est à bannir. Il s'agit de soude caustique qui va ronger le bourgeon, mais ça fera très mal à l'animal pendant longtemps.” “Le Horn'up va cautériser les vaisseaux sanguins qui irriguent l'os cornual. Il faut atteindre la membrane blanche appelée périoste. L'opération est à faire quand le veau a entre dix jours et trois semaines”, précise Pascal Fonchain.

“Afin de bien contenir la tête du veau, il faut une bonne contention : c'est 80 % de la réussite de l'opération. Vous devez tondre la zone du cornillon, car amener des poils dans la plaie est source d'infection”, reprend Clara Bourel. “Il faut effectuer un cercle jusqu'à voir l'anneau de cautérisation blanc tout autour du bourgeon cornual. Quand c'est fini, mettez un coup de spray pour refroidir les tissus cautérisés et désinfecter la plaie.” En cas de saignement important, les professionnels conseillent de pratiquer un point de compression pendant quelques minutes. Enfin pendant les jours qui suivent l'intervention, il faut contrôler l'évolution de la plaie de cautérisation et surveiller les signes de douleur et l'état du veau.

Christian Evon


Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services