• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Porc > Avec Porvéo, Cam et Terrena prêts à avancer
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Porc - 20-07-2017 - Rémi Hagel

Avec Porvéo, Cam et Terrena prêts à avancer

GROUPEMENT PORCS

Vincent Varin, président du groupement Cam, et Thierry Lambert, président du groupement Terrena et de Porvéo : “L’année 2017 laisse entrevoir des éléments positifs.”

Vincent Varin, président du groupement Cam, et Thierry Lambert, président du groupement Terrena et de Porvéo : “L’année 2017 laisse entrevoir des éléments positifs.”


La conjoncture offrant une respiration aux éleveurs, elle n’a pas trusté toutes les discussions lors de l’assemblée générale de Porvéo le 3 mars à Laval. “L’année 2017 laisse entrevoir des éléments positifs” a commenté le président du groupement Cam Vincent Varin. Peut-être un peu plus que les dernières années, il a été possible de penser à l’avenir. On y a présenté les projets des groupements. Déjà, la structuration. “L’année 2017 sera pour nous celle de la mise en place officielle de Porvéo” indique Thierry Lambert, président de Porvéo. Porvéo est une marque, qui regroupe désormais 320 éleveurs, issus des deux groupements Cam et Terrena. Juridiquement, l’adhésion du groupement porc de la Cam à Terrena sera effective le 31 mars. Les partenariats avec Aveltis vont pouvoir se poursuivre, sous forme de contrat de prestation. L’objectif : “Faire bénéficier des connaissances de chacun dans nos groupements” résume Bernard Chrétien, vice-président breton.

De l’aval à l’amont, chaque volet de la filière a son importance. Côté production, les groupements vont poursuivre leurs efforts pour réduire les antibiotiques en élevage. “Le sanitaire reste dans nos priorités” affirme le directeur Julien Ségalen. “Nous allons accroître le développement de notre démarche Emergence (dépeuplement/repeuplement). On vient de réaliser la 50e.” Pratiqué par la Cam, il va se développer chez Terrena. Au titre des nouveautés, apparaît une nouvelle gamme d’aliment : Inéo.

Différencier les produits

A l’autre bout, ce qui compte, c’est la valorisation. L’étiquetage des plats préparés est le fruit “d’un beau travail collectif. Même s’il reste à vérifier que c’est bien appliqué. Toutefois, l’origine du produit ne sera pas le seul levier, notre travail doit aller au-delà. Il faut une qualité intrinsèque” insiste Vincent Varin. De fait, les efforts se multiplient sur les marques et cahier des charges pour affirmer la différenciation des produits. Le “Bien produire bien consommer” est expérimenté. Les modalités de paiement du Label Rouge Opale évoluent pour prendre en compte le prix de revient. Le porc bio se développe. “Actuellement tous les abattoirs manquent de porc bio et importent du Nord de l’Europe. C’est dommage.”

Et la marque La Nouvelle Agriculture va connaître un nouveau déploiement (ci-dessus). Un éleveur s’impatiente : “Comment sont attribués les volumes disponibles ?” Fonctionnant en flux tiré, “on ne fait entrer les gens dans la démarche que quand on a les débouchés” explique Julien Segalen. “Les gens sont sur liste d’attente. On est en construction, cela demande du temps, mais ça avance plutôt bien. Il y a des volumes qui vont s’ouvrir.”

Rémi Hagel



Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services