• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > Nouveau robot GEA : “Je l’avais déjà découvert au Space, il m’a plu direct”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 17-07-2017 - Frédéric Gérard

Nouveau robot GEA : “Je l’avais déjà découvert au Space, il m’a plu direct”

Production laitière

Le Gaec de l’Orée du bois, à Pré-en-Pail-Saint-Samson, est le premier robot de traite GEA Monobox installé en Mayenne (un deuxième est en fonctionnement depuis avril). Depuis janvier, les éleveurs ont observé une amélioration de la qualité de leur lait.

Nicolas voulait un robot pour “gagner en souplesse” et préparer le départ de sa mère, dans quelques années. Nelly a suivi son fils. Même au moment de l’installation: “On a passé un mois et demi, jour et nuit, à habituer les vaches à passer.” Sans regret.

Nicolas voulait un robot pour “gagner en souplesse” et préparer le départ de sa mère, dans quelques années. Nelly a suivi son fils. Même au moment de l’installation: “On a passé un mois et demi, jour et nuit, à habituer les vaches à passer.” Sans regret.


"La salle de traite avait quarante ans, c’était celle des beaux-parents, il fallait donc bien faire quelque chose",
explique Nelly Boudier, associée en Gaec avec son fils. "Mais on a préféré attendre de savoir ce que voulait faire Nicolas. C’est plus son projet que le nôtre aujourd’hui.” Quoiqu'il en soit, pour elle aussi, “cela fait du changement depuis un an, avec les travaux, l'augmentation de la référence (750 000 litres), donc du troupeau”. Mais l'éleveuse ne regrette finalement pas la suppression de l'astreinte de traite qu’elle faisait depuis une trentaine d’années : “J'ai moins mal aux épaules”... et plus de temps libre le week-end, lui souffle son fils.

Préparer l’avenir, seul sur l’exploitation

En avril 2016, Nicolas a repris la place de son père Pierre sur l’exploitation. Pour le jeune éleveur, la question du robot était une évidence. “Je ne me voyais pas faire la traite toute ma vie. Et il fallait que je prépare le moment où je me retrouverai seul sur l’exploitation, ma mère devrait prendre sa retraite dans quatre-cinq ans. Lorsque je suis au champ, je ne dois pas arrêter en me disant : 'Il faut rentrer pour la traite.' Cela donne de la souplesse.”
En se renseignant sur les robots de traite, Nicolas avoue n’avoir d'abord pas pensé à la marque GEA. Il s’est intéressé aux modèles de concurrents, avant que l'installateur local, Avenir Elevage, lui annonce se lancer dans les robots. L'entreprise basée à Aron n’avait, jusqu’ici, pas misé sur le robot… Mais les temps changent. Les équipements aussi.

Depuis janvier dernier, un GEA Monobox accueille les vaches du Gaec. “On a été en voir un aux Pays-Bas. Je l’avais déjà découvert au Space : il m’a plus direct”, raconte Nicolas. Les points forts du système, à ses yeux : “Son système simple, la traite arrière, la vitesse de branchement, et la qualité du lait : la traite se fait par quartier” [le taux cellulaire est passé de 165 en 2016, à 99 sur les cinq premiers mois de l'année]. Mère et fils confient être d’autant plus satisfaits qu’ils souhaitaient conserver le même équipementier, Avenir Elevage, pour “la qualité des services”.

Frédéric Gérard




Catégories : Matériel Mayenne

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services