• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > En route vers le zéro antibiotique et le stockage carbone
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 09-06-2017 - Christian Evon

En route vers le zéro antibiotique et le stockage carbone

PERFORMANCE

A La Boissière-du-Doré (Loire-Atlantique), le Gaec de la Péquinière s'est lancé début 2013 dans un plan d'action carbone. Les pratiques de réduction des gaz à effet de serre commencent à donner des résultats tangibles, avec - 4 % des émissions. C'est ce qu'a montré, mardi, une journée technique organisée par la chambre d'Agriculture dans le cadre d'Innov'action.

L'élevage cherche à optimiser les conduites de l'herbe et du pâturage afin de réduire les consommations de concentrés et d'optimiser ses critères techniques. Réduire la fertilisation azotée de 60 à 40 U/ha est un autre objectif poursuivi dans le cadre du plan carbone.

L'élevage cherche à optimiser les conduites de l'herbe et du pâturage afin de réduire les consommations de concentrés et d'optimiser ses critères techniques. Réduire la fertilisation azotée de 60 à 40 U/ha est un autre objectif poursuivi dans le cadre du plan carbone.


"Appelé Carbon Dairy, le plan carbone de la production laitière incite les éleveurs et la filière tout entière à s'engager dans la démarche de réduction des gaz à effet de serre. Après les avoir quantifiés, des pistes d'amélioration leur sont proposées, afin que leur empreinte carbone soit la plus réduite possible”, indique Samuel Danilo, de l'Institut de l'élevage. Avec plus de 600 éleveurs laitiers engagés dans la démarche, les Pays-de-la-Loire se situent au deuxième rang national derrière la Bretagne.

Un certain nombre d'indicateurs (quantité de concentrés, apports d'azote minéral ou consommation de carburant) permettent de mesurer l'empreinte carbone nette du lait, exprimée en kg équivalent CO2/litre de lait. Dans deux systèmes, maïs et herbager, les 10 % d'élevages les plus vertueux montrent une baisse respective de 15 % et 17 % par rapport à l'empreinte carbone moyenne, qui passe de 0,93 à 0,78 kg équivalent de CO2 par litre.
“Le Gaec s'est constitué en regroupant deux exploitations voisines pour constituer un bloc d'un même tenant. La production est passée de 387 000 l à 690 000 l, mais en gardant la même surface : 70 ha”, explique l'un des trois associés, Jean-Claude Audrain. Le départ précipité d'un jeune fin 2016, à qui 120 000 l avaient été attribués trois ans plus tôt, a obligé les associés à intensifier à la surface, tout en gardant un maximum de pâturage et en travaillant sur le critère économique.

Christian Evon

Retrouvez notre dossier hygiène en élevage laitier dans notre édition datée du 9 juin 2017.



Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services