• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Herbe > Pousse de l'herbe : une croissance stable mais élevée
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Herbe - 20-04-2017

Pousse de l'herbe : une croissance stable mais élevée

Echo des pâtures

La chambre d'agriculture de la Mayenne refuse toujours de nous faire parvenir la pousse de l'herbe. Nous la publions ici d'après le pdf disponible sur le site internet de la chambre d'Agriculture, le pdf étant mis en ligne après nos heures de bouclage pour notre édition papier. Le pdf complet est accessible à la fin de cet article.


On a le sentiment que l’herbe pousse moins, que ça ralentit. C’est vrai que les températures fraîches de la nuit, parfois inférieures à 5°C, limitent la croissance des plantes. Le vent d’Est assèche les sols. La pluie se fait attendre, les sols commencent à être secs.


Ceci dit, la croissance mesurée dans le réseau la semaine dernière est élevée pour la saison. Dans certaines fermes la croissance diminue, mais dans d’autres elle augmente, et en moyenne sur la région elle est de 65 kg de MS/ha/jour, c’est donc stable depuis 3 semaines, à un niveau élevé. La température du sol se situe autour de 14 à

15°C, elle favorise l’assimilation racinaire.


Maximiser le pâturage


Le manque d’eau commence à inquiéter, ceci dit il faut faire consommer l’herbe. Elle avance en stade et c’est ce critère qui détermine sa qualité. Les conditions sont trèsbonnes pour maximiser le pâturage. Les trèfles très présents cette année assurent leur rôle de moteur azoté des prairies. Conserver 12 à 15 jours d’avance au pâturage. Le  tableau [voir pdf à la fin de l'article] peut vous aider à vous situer. Si vous êtes au-delà il est

préférable de débrayer des parcelles pour la fauche.


Adapter la hauteur des pâturage au type de prairie


• Parcelles à dominante de fétuque élevée, fétuque des prés, dactyle :

Ces espèces vont commencer leur montaison. Tant que l’épi est dans la gaine, la plante garde une bonne valeur fourragère. Dès que l’épi sort (stade épiaison), elle perd en valeurrapidement. A la montaison, l’objectif est de faire consommer au pâturage l’épi dans la gaine. Les espèces citées ci-dessus sont non remontantes, c’est à dire qu’elles n’épient qu’une fois/an. Une fois l’épi coupé, la plante ne produit que des repousses feuillues de qualité. Observez la hauteur de l’épi dans la gaine en coupant la tige en 2 dans la longueur avec un cutter (comme on le fait pour un blé) pour adopter la conduite à tenir. Si les épis dans la gaine sont à 10 cm au-dessus du sol, faire consommer les gaines au pâturage pour avoir des repousses feuillues de qualité. On fait donc insister les animaux. Si besoin, utiliser un fil avant pour faire insister les animaux.


• Parcelles à dominante de RGA : 

Les RGA intermédiaires ou tardifs épieront plus tard et sont généralement peu remontants. Les RGA précoces sont quant à eux souvent remontants, c’est-à-dire qu’ils peuvent faire plusieurs épis/an. Avec le temps sec, on conseille de finir son assiette, mais sans trop raser les parcelles en laissant du vert pour favoriser la prochaine

repousse. On laisse ainsi des feuilles capables de faire de la photosynthèse rapidement sans que la plante ne puise dans ses réserves.


Action partenariale : Chambres d’agriculture Pays de la Loire, Elevage Conseil Loire Anjou, Atlantic Conseil

Elevage, Bovins Croissance SVC.



Fichier attaché à cet article :
bph-n718042017.pdf
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services