• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins viande > Deux élevages de Blondes d'Aquitaine à visiter le 6 mars
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins viande - 02-03-2017 - Rémi Hagel

Deux élevages de Blondes d'Aquitaine à visiter le 6 mars

Allaitant

L'association des éleveurs de la race Blonde d'Aquitaine de la Mayenne organise deux portes ouvertes le 6  mars sur des fermes des Coëvrons, dont celle de Patricia et Christophe Bouvet à Evron.

Christophe Bouvet commercialise ses bêtes avec le label Blond.

Christophe Bouvet commercialise ses bêtes avec le label Blond.


La Blonde, rien que la Blonde. Christophe Bouvet s'est installé en 1994, rejoint par sa femme en 2001. Dès le début, il a été spécialisé en bovins allaitants, et c'est toujours le cas. Certes, la Blonde d'Aquitaine est “exigeante en conditions d'élevage, -logement et alimentation-, mais elle a de bonnes facilités de naissance, et se valorise bien en boucherie” explique Christophe Bouvet, qui développera ses arguments aux visiteurs lundi 6 mars. Ces carcasses lourdes ne sont pas un handicap, au contraire, cela séduit toujours en boucherie traditionnelle. Ainsi, en 2016, les éleveurs ont sorti des vaches de réformes de 544 kg (à 5,13 €), des génisses de 532 kg (à 5,08 €), des JB de 16 mois de 453 kg (à 3,98 €).


Prix en baisse


Jusqu'à récemment, les éleveurs valorisaient l'ensemble de leurs femelles grâce au label Blond (via le groupement de la Cam). La plus-value est intéressante, de l'ordre de 40 ct par rapport au marché. Mais le cahier des charges vient de changer : face à l'offre plus importante, les vaches de 7 à 10 ans ont été exclues, elles se retrouvent dans le circuit traditionnel. Un coup dur dans un contexte déjà difficile, qui a vu la grille de prix baisser. Conséquence : “En 2015, on a vendu nos animaux 5,53  en moyenne, contre seulement 5,13  en 2016.”



Rémi Hagel


• Rendez-vous le 6  mars, de 10h à 17h, au Gaec Bouvet, Baillé, à Evron (route de Chammes). Et au Gaec de Montifault, à Hambers (Katel, Joël Legay et leur fils Valentin installé depuis ce mois-ci. Bâtiment neuf mis en service en 2015). Restauration (tartines de viande) prévue à Montifault.


Retrouvez l'intégralité de l'article dans notre édition datée du 3 mars 2017.



Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services