• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Foncier > Antoine, installé grâce au portage de la Safer et aux efforts du cédant
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Foncier - 18-11-2016

Antoine, installé grâce au portage de la Safer et aux efforts du cédant

Temoignage //// Antoine Giteau est installé depuis un an à Saint-Georges-le-Fléchard (Mayenne). Pour y arriver, la Safer a déployé plusieurs outils. Et surtout, le cédant accepte de reporter la vente de sa maison.

La transition a été rendue possible grâce à la Safer. Elle a porté les terres et les bâtiments pendant près d’un an, le temps pour Antoine Giteau de monter son dossier. “Cela a permis d’éviter l’agrandissement” commente Rémy Silve, directeur général délégué de la Safer Maine Océan. Elle a aussi joué l’intermédiaire avec les banques et le cédant. La banque refusait l’installation du jeune s’il ne reprenait pas la maison d’habitation. Or, pour cela, il doit d’abord vendre la sienne, ce qui tarde. La solution est venue du cédant qui a accepté de reporter la vente de sa maison. Le jeune homme l’occupe avec sa famille, avec un bail à usage (1).

Le portage pour éviter l’agrandissement

Stocker des caravanes

La Safer a par ailleurs recherché un investisseur pour acheter une partie du foncier. C’est un propriétaire-bailleur du nord de la France qui a acquis 20 ha pour les louer ensuite à l’éleveur. Les 44 autres hectares étaient déjà en location. Antoine Giteau aura donc pu concentrer son investissement sur le noyau, le cheptel, le matériel et trois hectares. 550 000 euros pour produire 550 000 litres. “La laiterie m’a proposé 200 000 l en plus, j’ai dit non !” Humainement, c’était quasiment impossible, et il aurait fallu ajouter 250 000 euros de travaux.

Lundi 14 novembre, le comité technique départemental de la Safer a visité cette ferme, avant de tenir une réunion décentralisée. Une occasion de saluer cette opération amiable réussie. C’est compliqué de s’installer. Les jeunes n’y arrivent plus, face aux grandes structures qui mettent le paquet” regrette Philippe Pichon, président du comité technique. “Cela aurait été dommage de voir cette exploitation partir à l’agrandissement, et imaginer de tels bâtiments fonctionnels servir à stocker des caravanes”

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services