• Suivez-nous :

accueil
Environnement > Energies renouvelables > A Maulévrier, un méthaniseur pour résoudre le problème d’excédents de phosphore
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Energies renouvelables - 11-11-2016 - Antoine Humeau

A Maulévrier, un méthaniseur pour résoudre le problème d’excédents de phosphore

Environnement

Près de Cholet, un projet collectif de méthanisation agricole est porté par 34 exploitations du bassin-versant Ribou-Verdon. Les 74 agriculteurs impliqués avancent avec prudence : pas question de le surdimensionner, ni de dépendre de l'extérieur pour l'alimenter.

Laurent Loiseau (à droite) : “L'objectif n'est pas de pouvoir développer nos exploitations, ce projet doit juste nous permettre de ne pas être en excédent de phosphore et de nous éviter d'importer de la matière.”

Laurent Loiseau (à droite) : “L'objectif n'est pas de pouvoir développer nos exploitations, ce projet doit juste nous permettre de ne pas être en excédent de phosphore et de nous éviter d'importer de la matière.”


A l'origine, c'est la perspective d'un durcissement des contraintes réglementaires qui a conduit une poignée d'agriculteurs de cette zone du sud-ouest de Cholet (Maine-et-Loire) à se pencher sur l'idée de la méthanisation. Ici, sur ce secteur hautement sensible du bassin-versant Ribou-Verdon, il y a une “forte problématique d'excédent de phosphore”. Plusieurs idées ont été évoquées : plateforme de compostage, exportation groupée des fumiers et lisiers, séparateur de phase mobile ou méthanisation. C'est donc la dernière option qui a été retenue, très rapidement.

Optimiser la collecte et éviter les tours à vide


A terme, les 34 exploitations impliquées dans le projet (3 200 hectares) auront un plan d'épandage commun, géré de façon globale pour mieux organiser la répartition de la masse phosphorée. “On est parti sur un système rendu racine”, raconte l'un des porteurs du projet Laurent Loiseau, aviculteur à la Tessoualle et co-directeur de la SAS Rivergaz. “On organisera l'épandage du digestat liquide collectivement, c'est une entreprise de travaux agricoles qui assurera le travail dans les champs.” L'unité sera alimentée de fumier et lisier de bovin, porc, volaille ainsi que de paille et cultures intermédiaires à vocation énergétique (CIVE). Dans chaque exploitation, seront entreposés des caissons que des camions viendront chercher une fois remplis de fumier, afin d'alimenter le méthaniseur. “C'est une très grosse logistique, il nous faudra optimiser pour éviter les tours à vide”, anticipe Laurent Loiseau. La distance moyenne des exploitations est de 7 km, les plus éloignées du méthaniseur sont à 18 km.


Comme l'écrasante majorité des projets, il s'agira de méthanisation par voie liquide. A la sortie du méthaniseur, le digestat passera par une presse à vis, puis le liquide récupéré ira dans une centrifugeuse pour concentrer le phosphore, qui sera ensuite vendu.


Antoine Humeau


Retrouvez l'intégralité de l'article dans notre édition du 11 novembre 2016.



Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services