• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Autres cultures > Cet agriculteur mayennais est le premier producteur de quinoa bio en France
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres cultures - 21-10-2016 - Frédéric Gérard

Cet agriculteur mayennais est le premier producteur de quinoa bio en France

NOUVELLES FILIERES

Le quinoa, une plante à la mode ? Pas seulement, juge Vincent Seyeux : pour lui, même en bio, il faut chercher à se différencier pour chercher la valeur ajoutée. Et ce type de plantes a de l'avenir. Il envisage d'en développer les surfaces dans la région.

Pour récolter son quinoa, Vincent Seyeux a dû importer du matériel : une faucheuse andaineuse et un pick-up. “En Angleterre, ils sont plus habitués à faucher avant de récolter.”

Pour récolter son quinoa, Vincent Seyeux a dû importer du matériel : une faucheuse andaineuse et un pick-up. “En Angleterre, ils sont plus habitués à faucher avant de récolter.”


Ce 5  septembre, le soleil donne encore. Toujours pas de pluie à l'horizon. Les moissons ont globalement déçu, et la qualité des maïs laisse planer quelques doutes sur les stocks fourragers de la campagne à venir. Mais Vincent Seyeux garde le sourire : il bat du quinoa bio, et pour le quinoa, “2016 est une très bonne année”. Il récoltera plus de 2 t/ha. Trois fois plus que l'an dernier.

“Pratiquement le seul à biner”


Le céréalier mayennais s'est lancé dans le quinoa en 2011. Il commence d'emblée avec 20 hectares. La filière bio cherche alors (et encore) des surfaces pour cette plante d'Amérique Latine, à destination de l'alimentation humaine. En recherche constante des “meilleurs résultats”, il parvient assez vite à obtenir des rendements satisfaisants. Bien supérieurs à la moyenne. Dans certaines régions, des agriculteurs ont toutes les peines du monde à maîtriser techniquement cette culture. “Sur 150 hectares, seuls 50 avaient été récoltés.” Ainsi, en apprenant à maîtriser la plante, “je suis devenu le premier producteur de quinoa bio en France”, plaisante-t-il. “C'est plus facile pour nous, en région d'élevage : on a du fumier à disposition”, en l'occurrence, du compost de fumier de volailles bio (jusqu'à 4-5 t). Une autre explication de sa réussite, par rapport aux autres : “Je suis pratiquement le seul à biner.”


Frédéric Gérard

Retrouvez notre page spéciale dans notre édition datée du 21 octobre 2016.


Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services