• Suivez-nous :

accueil
Maine-et-Loire > A Chemillé, un festival de l’élevage sur fond de crise
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Maine-et-Loire - 09-09-2016 - Antoine Humeau

A Chemillé, un festival de l’élevage sur fond de crise

Festi-élevage

Pour la deuxième année consécutive, c’est dans une ambiance particulièrement maussade que s’est déroulé le Festi-élevage, en raison des crises qui frappent la quasi-totalité des productions d’élevage.

En race Blanc Bleu, le Départemental a réuni trois éleveurs. Et c’est Cyrille Guitet qui a tout raflé : il repart avec les quatre prix de championnat.

En race Blanc Bleu, le Départemental a réuni trois éleveurs. Et c’est Cyrille Guitet qui a tout raflé : il repart avec les quatre prix de championnat.


Les trésoreries des exploitations semblent s’être encore dégradées depuis l’an dernier. L’une des conséquences de tout cela, c’est une légère diminution du nombre d’élevages présents, notamment en lait. “C’est une édition qui ne restera pas dans les annales”, lâche un éleveur de Prim’Holstein, la race qui a le plus subit d’érosion dans ses effectifs puisque l’on comptait 21 éleveurs présents, soit cinq de moins que d’habitude, et 20 à 25 % d’animaux en moins. Dans les allées du foirail, “on ne parle que de la crise, de nos difficultés”, rapporte par exemple Dominique Vincent, éleveur laitier à Fontaine-Guérin (Les Bois-d’Anjou). On parle de la crise, mais aussi de la météo, pas très favorable, et des conséquences sur les rendements et la qualité des blés et bientôt des maïs.


“On le sent bien que les gens en ont marre de tout ça”, complète Hervé Fourny, éleveur à Saint-Clément-de-la-Place. Mais cette parenthèse est pourtant, comme chaque année, l’occasion de se retrouver dans une ambiance festive. “Venir ça permet de changer un peu les idées”, soupire un éleveur. Dans ce contexte, “il y a d’autant plus intérêt à présenter encore des animaux, pour montrer qu’on est toujours là”, estime le président du syndicat des éleveurs de Normandes Joseph Lambert.


Antoine Humeau


Retrouvez nos trois pages spéciales sur le Festival de l'élevage de Chemillé dans notre édition datée du 9 septembre 2016.
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services