• Suivez-nous :

accueil
Environnement > Energies renouvelables > L'agriculture veut profiter
de la Cop 21 pour communiquer
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Energies renouvelables - 16-10-2015

L'agriculture veut profiter
de la Cop 21 pour communiquer

Communication //// chapau

Pas question de rater ce grand rendez-vous du climat. Pas question, surtout, d'apparaître encore pour le mauvais élève ou pire, le responsable d'un fléau. Le monde agricole entend bien se montrer offensif, afin de se présenter comme porteur de solutions et non l'inverse. « Aujourd'hui l'agriculture par ses sols capte cent fois la valeur de ce qu'elle émet dans ses pratiques », prévient le président de la FNSEA Xavier Beulin. Une façon de répondre à ceux qui accusent l'élevage d'être l'un des premiers émetteurs de gaz à effet de serre. Dès la veille du dernier salon de l'agriculture, en février, un grand forum international permettait au monde agricole de dresser un inventaire des solutions mises en œuvre par le secteur pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. L'occasion surtout de communiquer positivement. « En France, les émissions du secteur agricole ont baissé de 12% depuis 22 ans alors même que la production a considérablement augmenté durant cette période », se félicitaient par exemple à l'unisson Xavier Beulin (FNSEA), Guy Vasseur (Chambres d'agriculture), Philippe Mangin (Coop de France) et Thomas Diemer (JA). Ce grand raout donnait le coup d'envoi de diverses actions de communication, tout au long de l'année, un peu partout en France, et marteler les deux axes de la ligne directrice : « L'agriculture est une des solutions pour permettre de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles d'une part, et atténuer le réchauffement climatique par la baisse des émissions de gaz à effet de serre d'autre part ». En juin dernier, la Confédération nationale de l'élevage, qui fédère les différentes organisations autour de l'élevage de ruminants, a lancé une campagne de communication pour « valoriser l'engagement des éleveurs de ruminants pour l'environnement » : un logo (une vache verte), un slogan (« l'équilibre est dans le pré »), un livret explicatif (« livre vert ») pour « asseoir le message positif porté par les éleveurs de ruminants ». depuis, des banderoles « L'équilibre est dans le pré » ont poussé un peu partout, dans des parcelles agricoles bordant des routes de France. Une manière de riposter aux très nombreuses campagnes anti-viande qui fustigent les dégâts que commettrait l'agriculture sur le plan environnemental et climatique. Pas question de rater ce grand rendez-vous du climat. Pas question, surtout, d'apparaître encore pour le mauvais élève ou pire, le responsable d'un fléau. Le monde agricole entend bien se montrer offensif, afin de se présenter comme porteur de solutions et non l'inverse. « Aujourd'hui l'agriculture par ses sols capte cent fois la valeur de ce qu'elle émet dans ses pratiques », prévient le président de la FNSEA Xavier Beulin. Une façon de répondre à ceux qui accusent l'élevage d'être l'un des premiers émetteurs de gaz à effet de serre. Dès la veille du dernier salon de l'agriculture, en février, un grand forum international permettait au monde agricole de dresser un inventaire des solutions mises en œuvre par le secteur pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. L'occasion surtout de communiquer positivement. « En France, les émissions du secteur agricole ont baissé de 12% depuis 22 ans alors même que la production a considérablement augmenté durant cette période », se félicitaient par exemple à l'unisson Xavier Beulin (FNSEA), Guy Vasseur (Chambres d'agriculture), Philippe Mangin (Coop de France) et Thomas Diemer (JA). Ce grand raout donnait le coup d'envoi de diverses actions de communication, tout au long de l'année, un peu partout en France, et marteler les deux axes de la ligne directrice : « L'agriculture est une des solutions pour permettre de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles d'une part, et atténuer le réchauffement climatique par la baisse des émissions de gaz à effet de serre d'autre part ». En juin dernier, la Confédération nationale de l'élevage, qui fédère les différentes organisations autour de l'élevage de ruminants, a lancé une campagne de communication pour « valoriser l'engagement des éleveurs de ruminants pour l'environnement » : un logo (une vache verte), un slogan (« l'équilibre est dans le pré »), un livret explicatif (« livre vert ») pour « asseoir le message positif porté par les éleveurs de ruminants ». depuis, des banderoles « L'équilibre est dans le pré » ont poussé un peu partout, dans des parcelles agricoles bordant des routes de France. Une manière de riposter aux très nombreuses campagnes anti-viande qui fustigent les dégâts que commettrait l'agriculture sur le plan environnemental et climatique. Pas question de rater ce grand rendez-vous du climat. Pas question, surtout, d'apparaître encore pour le mauvais élève ou pire, le responsable d'un fléau. Le monde agricole entend bien se montrer offensif, afin de se présenter comme porteur de solutions et non l'inverse. « Aujourd'hui l'agriculture par ses sols capte cent fois la valeur de ce qu'elle émet dans ses pratiques », prévient le président de la FNSEA Xavier Beulin. Une façon de répondre à ceux qui accusent l'élevage d'être l'un des premiers émetteurs de gaz à effet de serre. Dès la veille du dernier salon de l'agriculture, en février, un grand forum international permettait au monde agricole de dresser un inventaire des solutions mises en œuvre par le secteur pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. L'occasion surtout de communiquer positivement. « En France, les émissions du secteur agricole ont baissé de 12% depuis 22 ans alors même que la production a considérablement augmenté durant cette période », se félicitaient par exemple à l'unisson Xavier Beulin (FNSEA), Guy Vasseur (Chambres d'agriculture), Philippe Mangin (Coop de France) et Thomas Diemer (JA). Ce grand raout donnait le coup d'envoi de diverses actions de communication, tout au long de l'année, un peu partout en France, et marteler les deux axes de la ligne directrice : « L'agriculture est une des solutions pour permettre de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles d'une part, et atténuer le réchauffement climatique par la baisse des émissions de gaz à effet de serre d'autre part ». En juin dernier, la Confédération nationale de l'élevage, qui fédère les différentes organisations autour de l'élevage de ruminants, a lancé une campagne de communication pour « valoriser l'engagement des éleveurs de ruminants pour l'environnement » : un logo (une vache verte), un slogan (« l'équilibre est dans le pré »), un livret explicatif (« livre vert ») pour « asseoir le message positif porté par les éleveurs de ruminants ». depuis, des banderoles « L'équilibre est dans le pré » ont poussé un peu partout, dans des parcelles agricoles bordant des routes de France. Une manière de riposter aux très nombreuses campagnes anti-viande qui fustigent les dégâts que commettrait l'agriculture sur le plan environnemental et climatique. Pas question de rater ce grand rendez-vous du climat. Pas question, surtout, d'apparaître encore pour le mauvais élève ou pire, le responsable d'un fléau. Le monde agricole entend bien se montrer offensif, afin de se présenter comme porteur de solutions et non l'inverse. « Aujourd'hui l'agriculture par ses sols capte cent fois la valeur de ce qu'elle émet dans ses pratiques », prévient le président de la FNSEA Xavier Beulin. Une façon de répondre à ceux qui accusent l'élevage d'être l'un des premiers émetteurs de gaz à effet de serre. Dès la veille du dernier salon de l'agriculture, en février, un grand forum international permettait au monde agricole de dresser un inventaire des solutions mises en œuvre par le secteur pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. L'occasion surtout de communiquer positivement. « En France, les émissions du secteur agricole ont baissé de 12% depuis 22 ans alors même que la production a considérablement augmenté durant cette période », se félicitaient par exemple à l'unisson Xavier Beulin (FNSEA), Guy Vasseur (Chambres d'agriculture), Philippe Mangin (Coop de France) et Thomas Diemer (JA). Ce grand raout donnait le coup d'envoi de diverses actions de communication, tout au long de l'année, un peu partout en France, et marteler les deux axes de la ligne directrice : « L'agriculture est une des solutions pour permettre de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles d'une part, et atténuer le réchauffement climatique par la baisse des émissions de gaz à effet de serre d'autre part ». En juin dernier, la Confédération nationale de l'élevage, qui fédère les différentes organisations autour de l'élevage de ruminants, a lancé une campagne de communication pour « valoriser l'engagement des éleveurs de ruminants pour l'environnement » : un logo (une vache verte), un slogan (« l'équilibre est dans le pré »), un livret explicatif (« livre vert ») pour « asseoir le message positif porté par les éleveurs de ruminants ». depuis, des banderoles « L'équilibre est dans le pré » ont poussé un peu partout, dans des parcelles agricoles bordant des routes de France. Une manière de riposter aux très nombreuses campagnes anti-viande qui fustigent les dégâts que commettrait l'agriculture sur le plan environnemental et climatique.

Pour en savoir plus

http://www.vacheverte.fr

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services