• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Agriculture connectée : révolution ou simple changement ?
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Élevages - 28-10-2015 - Antoine Humeau

Agriculture connectée : révolution ou simple changement ?

TECHNOLOGIE

Simple évolution, changement, bouleversement ou révolution ? L’agriculture connectée peut apporter plus de précision et de traçabilité, faciliter les échanges et réduire la pénibilité. Mais attention aux risques de fracture numérique.

Application smartphone liée à un robot de traite. Les objets connectés vont-ils bouleverser l’agriculture ?

Application smartphone liée à un robot de traite. Les objets connectés vont-ils bouleverser l’agriculture ?


Pour Henri Isaac, c’est sûr, le numérique est bien “une révolution qui va bouleverser le métier d’agriculteur”. Le président du think tank Renaissance numérique était “grand témoin” des premiers Rendez-vous de l’agriculture connectée, à l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers, vendredi 16 octobre. Le numérique permet par exemple aux circuits courts de passer à une dimension supérieure, “par sa possibilité de mise en relation et ses outils organisationnels”. Il permettra aussi une traçabilité complète des produits, du champ à l’assiette.


Cette “révolution”, Hervé Pillaud voudrait bien que l’ensemble du monde agricole s’en empare. Cet éleveur laitier, secrétaire général de la chambre d’agriculture de Vendée et auteur du livre Agronuméricus (1) a toujours un téléphone portable ou une tablette entre les mains. Pour lui, “le monde a changé, c’est la société qui s’adapte au numérique et pas l’inverse, c’est fondamental”. Pas question donc de tourner le dos aux nouvelles technologies, “la rupture qu’a constitué internet, il faut l’accepter”.


Former au numérique


Mais encore faut-il que tout le monde y ait accès. “Il y a des freins culturels et techniques”, fait remarquer Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA. “La formation initiale et continue devront accompagner cette mutation” suggère celle qui préside aussi le fonds Vivea. Car le risque, c’est la fracture numérique, dans les campagnes. “L’intégration de ces nouvelles matières dans la formation de l’agriculteur peut aussi être un argument pour séduire davantage de jeunes à choisir ce métier qui souffre d’une image dépassée et d’importantes réticences quant à la pénibilité”, appuie Henri Isaac.


Il faudra aussi “se donner les moyens d’une révolution agricole inclusive”, propose-t-il. Autrement dit, intégrer tout le monde. La première difficulté est sans doute l’accès au réseau, dans les campagnes, et notamment en zones montagneuses. Renaissance numérique préconise de “faire de la couverture 3G de tout le territoire une priorité”. Le laboratoire d’idées propose aussi un accompagnement des agriculteurs pour s’équiper. “Les coopératives dans un premier temps peuvent investir largement dans des systèmes d’équipements collaboratifs”, avec analyse intelligente des données et plateformes collaboratives.


Simple changement plus que révolution ?


La question de la fracture numérique, en tout cas, n’inquiète pas plus que cela Nathalie Joly, sociologue enseignante à Agrosup Dijon. “On n’est pas un retardataire si on a son propre système d’observation, celui qui continuera d’avoir son petit agenda ne sera pas un has been.” Car selon elle, le métier ne sera pas transformé, “le numérique est plus un changement qu’une révolution, on continue de travailler sur du vivant, ce qui suppose une présence, de l’observation, etc.” Dans ses parcelles de la Bohalle (Maine-et-Loire), Denis Laizé ne pense pas autre chose : “L’informatique c’est une aide, c’est tout.”



Antoine Humeau



(1) Agronuméricus, internet est dans le pré, France agricole éditions, 256 pages.


Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services