• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > Le marché des terres dynamique dans un contexte morose
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 28-08-2015

Le marché des terres dynamique dans un contexte morose

Foncier//// Si le “marché foncier rural est globalement déprimé”, celui des terres agricoles reste quant à lui dynamique.

Plus de transactions, plus de surface échangée et une valeur des échanges à la hausse ; dans un marché rural globalement en berne, le marché des terres agricoles (terres, prés et vignes) tire son épingle du jeu en 2014. La FNsafer a recensé 81 000 transactions sur le marché foncier agricole (+2 %) sur une surface de 338 000 ha (+2 %) et pour une valeur globale de 4 milliards d’euros (+4 %). Pour la première fois depuis 2006, la valeur du marché agricole repasse devant celle du marché de l’urbanisation (3,4 milliards d’euros, -14,3 % par rapport à 2013). Sur le marché des terres et prés, les prix moyens progressent moins qu’en 2013 mais restent à la hausse. Pour les terres et prés libres non bâtis, le prix moyen s’élève à 5 910€/ha (+2,9 % en 2014 contre +6,2 % en 2013) : 6 810€/ha dans les zones de grandes cultures et 4 390€/ha dans les zones d’élevage bovin. Le constat inédit de 2013 se confirme en 2014 : la moyenne du prix des terres et prés libres acceptés par les agriculteurs est supérieure de 2,3 % à celle des non-agriculteurs. Concernant le prix des terres et prés loués non bâtis, la moyenne augmente de 4 % en 2014 et s’élève à 4 410€/ha (5 640€/ha pour les zones de grandes cultures et 3 580€/ha dans les zones d’élevage). Le marché des vignes est florissant : une augmentation de près de 10 % du nombre de transactions et des prix moyens en hausse.

Emergence de nouveaux acheteurs

Les particuliers non-agriculteurs s’intéressent de plus en plus au marché foncier rural : leurs acquisitions ont augmenté de 2,7 % en nombre, et de 5 % en valeur. Investir dans le foncier agricole peut être particulièrement intéressant selon la FNsafer. Le rendement locatif brut des terres et prés loués est en baisse, mais reste à 3,1 % : c’est mieux que le taux d’un livret A. Pour la FNsafer, les investissements des non-agriculteurs peuvent être très "vertueux" puisqu’ils permettraient aux agriculteurs en difficulté, dans un contexte de grande volatilité des prix, de vendre leurs terres en cas d’impasse économique, mais de pouvoir continuer à les exploiter en tant que fermier, grâce au rachat d’un non-agriculteur. Les personnes morales sont également des acteurs incontournables du marché rural.

La FNsafer reste vigilante sur ce nouveau phénomène et tient à ce que ces nouveaux acheteurs ne dirigent pas le modèle agricole français vers une concentration à outrance. Elle craint également les effets pervers de l’arrivée de capitaux non agricoles et se demande s’il n’y a pas là “un risque pour la souveraineté alimentaire”.

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services