• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > Les JA se battent pour revaloriser le parcours à l’installation
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 12-06-2015

Les JA se battent pour revaloriser le parcours à l’installation

xxx////Déjà, l’ancien parcours à l’installation avait perdu de son attrait, mais le nouveau risque de ne pas attirer davantage pour l’instant. Les Jeunes agriculteurs attendent donc un message fort de Stéphane Le Foll lors de leur prochain congrès les 16,17 et 18 juin prochain.

Thomas Diemer, président des JA, espère d’ores et déjà des annonces du ministre de l’Agriculture lors du prochain congrès national des JA, les 16, 17 et 18 juin prochain au Mans, afin de faciliter le parcours à l’installation, rénové récemment. "Le parcours n’est pas opérationnel. Il y a de vraies difficultés administratives et les Dotations aux jeunes agriculteurs (DJA) pour 2015 n’ont toujours pas été versées" alors que l’argent dort en région, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse, le 3 juin, au Mans. Il rappelle le délai particulièrement long d’instruction de certains dossiers, au point que certains jeunes agriculteurs travaillaient sur leur ferme sans statut en ce début d’année. "Cela faisait longtemps que l’on savait que le parcours allait changer. Il aurait été possible d’anticiper beaucoup plus. Entre le ministère, les régions et Bruxelles, c’est un peu le jeu du chat et de la souris !", observe-t-il. Déjà, l’ancien parcours à l’installation avait perdu de son attrait. Les taux d’intérêts des prêts bonifiés étaient inférieurs à ceux du marché, la DJA à rendre parfois au bout de cinq ans et le parcours administratif complexe. Le nouveau parcours semble pour l’heure tout aussi laborieux.

Le ministre fermement attendu au congrès

"Nous demandons plus de souplesse d’un point de vue administratif. Certains plans d’entreprise, avec la volatilité des cours, ne sont déjà plus d’actualité", continue Thomas Diemer. Entre une nouvelle Pac aux règles fluctuantes et des cours volatils, établir un prévisionnel de chiffre d’affaires sur plusieurs années relève effectivement du grand art. De plus, comme "aujourd’hui, la conjoncture de prix est plus délicate", estime David Bourdin, président des Jeunes agriculteurs de la Sarthe, même si l’agriculture attire toujours autant, les installations se font plus rares. Par ailleurs, les difficultés financières des chambres d’agriculture où résident la majeure partie des conseiller installation, pourraient également défavoriser le système. Thomas Diemer reconnaît l’ensemble des difficultés : "Nous nous battons pour garder l’installation comme prioritaire. En termes de financement, grâce à nos actions, nous n’avons pas de désengagement". Pour David Bourdin, "les projets sont de plus en plus durs à monter. Le contexte n’aide pas". Il donne le chiffre de 330 000 € d’investissement qu’un jeune doit sortir pour s’installer sur une ferme. En 2014, le montant moyen du coût de l’installation pour un projet individuel dans la Sarthe, s’est élevé à 389 000 €. Sous forme sociétaire, le coût s’établit à 293 000 € par JA en GAEC et 267 000 € en EARL, selon le syndicat.

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services