• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Fruits et légumes > Tributaires des aléas climatiques et de la concur
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Fruits et légumes - 30-01-2015

Tributaires des aléas climatiques et de la concur

Tributaires des aléas climatiques et de la concurrence internationale, la production fruitière française va mal. Le constat est sans appel : d’année en année, les surfaces arboricoles se réduisent, passant de 192,5 milliers d’hectares en 1990 à 145,7 milliers d’hectares en 2013. La production a, elle aussi, chuté de 31 % en douze ans. Pour mieux comprendre cette filière, Régis Hochart, ancien porte-parole de la Confédération paysanne et membre du Conseil économique, sociale et environnemental (CESE), a rendu un rapport sur le “devenir de la production fruitière” à Stéphane Le Foll, le 19 janvier. “Le marché national est en déshérence, nous devons le reconquérir en premier”, indique Régis Hochart..

Mieux organiser la production et les marchés

- La production arboricole française reste principalement tournée vers les fruits frais. Pourtant, l’industrie de la transformation du fruits (jus, pulpe, concentrés, séchés, confits, etc.) serait intéressée par des fruits nationaux. À ce jour, seulement 15 % des fruits prêts à être transformés proviennent de France, le reste étant importé. “Un développement d’un verger dédié pourrait permettre de baisser les importations de fruits frais destinées à l’industrie de 20 millions d’euros”, note le rapport.

- Régis Hochart incite également les producteurs à se regrouper et mieux s’organiser pour être plus compétitifs face aux acheteurs. “Le déséquilibre considérable entre le nombre de metteurs en marché et le nombre d’acheteurs n’est pas favorable aux producteurs”, tout en incitant à la mise en place de “contrats équitables” entre vendeurs et acheteurs.

Adapter la gouvernance

- “La gouvernance de la filière, en particulier au sein des interprofessions, ne peut s’offrir le luxe de querelles syndicales récurrentes dans lesquelles les familles professionnelles se prennent en otage réciproquement au gré des problématiques traitées”, lance le rapport ministériel rappelant que les producteurs demeurent le maillon “le plus faible “.

- Trois niveaux de gouvernance sont ainsi proposés : local avec un essor des filières de proximité, des circuits courts et de la vente directe ; régional et national.

Nouveaux modes de distribution

- 70 % des fruits frais sont achetés par la grande distribution. De plus en plus de consommateurs cherchent à connaître l’origine des produits qu’ils consomment. “Consommer “local”, c’est faire tourner l’économie du territoire”, commente le rapport de Régis Hochart. Les filières de proximité et les circuits courts apparaissent alors comme des moyens de distribution permettant de répondre aux besoins du consommateur.

- L’agriculture périurbaine peut également être vue comme une solution à l’envie de local. “L’arboriculture devra y tenir une place de choix, tournée vers les citadins”.

Manger français

- Pour valoriser les atouts de la production française, plusieurs leviers sont proposés : l’identification territoriale et la valorisation de la provenance, le développement de filières de proximité et la spécification par les signes officiels de qualité

Rénover les vergers

- La rénovation des vergers reste un “impératif “pour répondre à “l’évolution de la demande, pour différencier la production dans les territoires et augmenter la résistance aux bioagresseurs”. Reste à définir “l’accompagnement financier” de cette rénovation.

Gestion des crises

- Les outils collectifs de gestion de crise, doivent “être assouplis dans leur mise en œuvre.”

Usages des produits phytosanitaires

- Les arboriculteurs restent très dépendants de l’usage de produits phytosanitaires liés notamment à la concentration de la production et à son intensification, selon le rapport. Une "approche territoriale " pour réduire les pesticides, fongicides, etc., apparaît comme une solution. Mais cela nécessiterait de nouvelles connaissances scientifiques et d’autres compétences de la part des producteurs.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services