• Suivez-nous :

accueil
Environnement > Energies renouvelables > L’Allemagne, géante du biogaz, trébuche
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Energies renouvelables - 17-10-2014

L’Allemagne, géante du biogaz, trébuche

energie //// L’engouement pour la méthanisation en Allemagne est terminé. Les experts réunis au colloque biogaz à Berlin, le 9 octobre, ont été unanimes. La loi “Energies renouvelables” allemande (EEG), votée en août, vient de supprimer des privilèges jusque-là accordés aux cultures dédiées à la production de biogaz.

Les énergies renouvelables en Allemagne traversent une période difficile depuis plusieurs mois : faillite de sociétés d’éoliennes, concurrence chinoise sur le photovoltaïque… Le biogaz n'y échappe pas. La “faute” à la loi “énergies renouvelables” allemande, votée en août. “Elle vient de supprimer les privilèges accordés aux cultures dédiées”, a signalé Katherine Böttcher, chef de service enjeux énergétiques et bioénergies du ministère allemand de l'Agriculture, lors d'une conférence sur le biogaz (1), à Berlin, le 9 octobre. “On va se concentrer sur les déchets et les résidus” annonce-t-elle. Ce choix politique a enflammé les débats au Bundestag, rapporte-t-elle. Par exemple : les tarifs d’achat préférentiels pour le biogaz produit à partir de maïs ont été supprimés. Jusque-là, les opérateurs y avaient droit pendant vingt ans. Si les opérateurs installés sous la loi précédente bénéficieront toujours de ce privilège jusqu’au fameux terme des vingt années d’activité, les “nouveaux” n’y auront pas droit.

La colère des citoyens a eu raison du Bundestag

Ce revirement est lié à la colère des contribuables. “Les Allemands ont vu leurs factures d’électricité grimper d’année en année”, confie Birger Kerchow, chef d’équipe pour l’Agence allemande des énergies renouvelables. En Allemagne, l’augmentation des coûts générés par les énergies renouvelables est payée par le consommateur. Tout est répercuté. La colère des citoyens a eu raison des discussions au Bundestag (parlement allemand). Soutenir les énergies renouvelables, c’est bien, “mais si c’est trop cher pour le contribuable, il n’en veut plus”, assure M. Kerchow. Un rejet d’autant plus fort, que les grandes compagnies industrielles, premières consommatrices d’énergie, ne payaient pas cette redevance. L’objectif, selon les pouvoirs publics, était de “préserver leur compétitivité”. Là encore, les citoyens n’acceptent plus de payer pour ces grands groupes.

La filière est en zone de turbulence

Si la loi EEG avait l’intention de secouer la filière, c’est réussi. D’après le ministère allemand de l’Agriculture, 8 000 méthaniseurs ont été recensés sur le territoire en 2014. “Mais la fin de l’engouement pour la méthanisation en Allemagne est prévisible”, se lance Maria-Louise Schrader, chef de projet chez Agrogaz France, filiale d’un groupe allemand qui opère aussi outre-Rhin. Car c’est la douche froide pour les candidats qui souhaitaient bénéficier du soutien au biogaz. “.

Le biogaz allemand a un genou à terre, mais il ne s’avoue pas vaincu. “Ne nous leurrons pas, l’utilisation des cultures dédiées va se poursuivre. On ne pourra pas l'empêcher. Ces cultures restent rentables pour la production de biogaz, même si les aides diminuent”, ajoute Katharina Böttcher. En revanche, Birger Kerchow assure que l’avenir du biogaz allemand est autre : “Il nous faut augmenter le rendement des unités existantes, travailler sur d’autres cultures, sur la valorisation des déchets…” L’Allemagne, géante européenne du biogaz, n’a pas dit son dernier mot.

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services