• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Grandes cultures > Qualité des blés, le facteur déterminant
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Grandes cultures - 08-08-2014

Qualité des blés, le facteur déterminant

Alors que la moisson est quasiment terminée en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire, les dernières pluies perturbent la récolte dans le nord-Mayenne et aussi en Sarthe. Les blés français, qui ont souffert des intempéries, vont être difficiles à commercialiser en meunerie.

En Mayenne, la récolte se révèle assez homogène, avec des zones à très bonnes teneurs en protéines dans le sud du département. Dans le Nord-Mayenne, des moissonneuses tournaient encore en début de semaine mais pour un début août, l'état d'avancement restait toutefois très bien engagé. Globalement, les résultats sont probants.

“On peut même parler d'année exceptionnelle, commente Pierrick Roulier, de la chambre d'Agriculture. Les rendements de blé vont de 70-75 à 100 quintaux sur les meilleures parcelles. Le seul souci qui pourrait se poser, c'est à la commercialisation : le poids spécifique peut passer en-dessous de 76 kg/hl, après les pluies”.

Dans des secteurs comme Gorron par exemple, les déconvenues pourraient être réelles. “Les rendements sont bons, de 5-6 points supérieurs en moyenne à 2013, mais la tendance en protéines semble en-dessous de 0,5 % par rapport aux taux de l'an dernier. On est à environ 10 %”, indiquait lundi Pierre-Luc Rebours, des Ets Rebours.


Orge : la confirmation du marché hybride

2014 s'est avérée une année favorable aux orges. Dans certains secteurs, les rendements sont équivalents à ceux des blés alors que les surfaces étaient plus conséquentes. Cette année marque notamment l'avènement des hybrides. Dans certains secteurs, ce sont plus de 40 % des orges qui ont été commercialisés en hybrides et les rendements seraient supérieurs de 20 % à ceux de 2013. “On arrive à 85-86 q, contre 77 q pour une variété classique, et le PS est bon”, indique Stéphan Beau, d'Anjou Maine Céréales.

Les surfaces de triticale restent stables. Dans certains secteurs, des opérateurs observent même un afflux, ces dernières années. Le problème : “personne n'en veut”, indique Pierre-Luc Rebours. L'écart de prix entre blé et triticale est déjà de 15 à 20 € la tonne, et devrait donc s'accentuer au cours des prochaines campagnes.


Bonnes conditions d'implantation à l'automne

“En Sarthe, la récolte de blé est avancée à 80 % et est très hétérogène en rendement et en qualité”, avance Philippe Vincent, le directeur céréales et semences d'Agrial. “Grâce à une meilleure gestion de l'eau au printemps, ce sont les terres superficielles qui donnent les meilleurs rendements. En revanche, ils ont été pénalisés dans les terres profondes à cause des pluies tombées au printemps”. En orge, tout est terminé. La récolte a été bonne avec de bons rendements : en moyenne, de 65 à 70 q/ha. La récolte des colzas est presque achevée avec un rendement exceptionnel de 40 q/ha.


Toujours en Sarthe, le rendement moyen pour les blés sera de l'ordre de 71-72 quintaux/ha. Agrial pointe du doigt la problématique de la qualité, qui est très hétérogène. “Le poids spécifique s'est dégradé au fil de l'avancement de la moisson à cause des orages. Le PS moyen tourne autour de 76, qui est la limite des normes commerciales pour l'export en meunerie” poursuit Philippe Vincent. “En protéine, la moyenne est décevante : 11,2, mais ça confirme les rendements élevés car la protéine se dilue”.


“En Loire-Atlantique et Maine-et-Loire, la moisson s'est achevée ce week-end et le bilan est bon” avance Etienne Goiset, responsable de la collecte de céréales à Terrena. “On cumule deux effets : des surfaces supérieures et de bonnes conditions d'implantation, contrairement à la récolte de 2013”.

“En blé, la moyenne des PS s'établit à 76,5 - 77, ce qui traduit une qualité plutôt moyenne. Les taux de protéines sont légèrement supérieurs à ceux de 2013 : ils sont proches de 11 en Loire-Atlantique et légèrement supérieurs à 11 dans le Maine-et-Loire. Par endroits, les rendements ont été exceptionnels : jusqu'à 100 quintaux”.

“En colza, les rendements sont de l'ordre de 32 à 34 quintaux, avec + 30% sur le Maine-et-Loire. La récolte de triticale a été plutôt bonne sur l'ouest du Maine-et-Loire mais avec aussi une petite déception en Loire-Atlantique, sur la zone du sud de Nantes” complète Etienne Goiset.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services