• Suivez-nous :

accueil
Environnement > Nitrates > Le Maine-et-Loire et la Sarthe entièrement en zone vulnérable ?
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Nitrates - 01-08-2014

Le Maine-et-Loire et la Sarthe entièrement en zone vulnérable ?

NITRATES //// La Cour de Justice européenne avait condamné la France en juin 2013, l'obligeant à modifier son zonage. L'Etat ne peut se permettre une amende… Il étend les zones vulnérables. Mais au final, qui paiera l’ adaptation des élevages ?

Tout le monde savait que les zones vulnérables allaient être étendues, on ne peut pas prétendre être surpris”, commente-t-on à la Dreal. Les annonces de Ségolène Royal, suite au conseil des ministres la semaine dernière, ont pourtant fait l'effet d'une bombe. La France sait qu'elle ne peut se permettre une amende européenne. Le Gouvernement a donc décidé d'accélérer sur le dossier nitrates. L'extension des zones vulnérables établie fin 2012 n'a pas encore révélé ses premiers effets sur la qualité de l'eau, qu'une nouvelle extension devrait porter sur plus de 3 800 communes et 63 000 exploitations. Les Pays-de-la-Loire font partie des quatre régions les plus touchées avec le Centre, le Limousin et Midi-Pyrénées. Conséquences : le Maine-et-Loire et la Sarthe se retrouveraient totalement en zone vulnérable. “Que des zones à forte densité d'élevage doivent répondre à des contraintes, d'accord. Mais ces mesures ne doivent s'appliquer que là où on en a besoin”, commente François Girard, responsable environnement à la FDSEA 49, et producteur de lait dans les Mauges, région classée depuis 1994. Le Maine-et-Loire se divise en deux parties : l'Ouest, où l'élevage est dominant, et l'Est. “Dans le Beaugeois et le Saumurois, il n'y a pas la même densité d'élevage, et historiquement, les exploitations disposent de surfaces plus importantes. Le potentiel agronomique y est aussi plus intéressant.” Le risque, selon lui, est donc qu'en forme sociétaire, la pyramide des âges coïncide avec “un abandon de l'élevage”. Le problème est similaire en Sarthe, au sud du Mans. Fin 2012,le Maine-et-Loire et la Sarthe avaient contesté le passage en zones vulnérables de respectivement 73 et 119 communes. Des discussions auront lieu à partir de septembre, pour que le nouveau cadre soit défini en fin d'année. “Enfin, des discussions, pas tant que ça, réagit Josian Palach, du bureau national de la Confédération paysanne. La nouvelle carte pourra être modifiée, mais à la marge.” A priori, les dérogations semblent en effet peu envisageables.

“Un chiffre sans base scientifique”

Ces annonces sont d'autant plus mal reçues que l'argument mis en avant par l'Etat ne convainc pas les représentants du monde agricole, toutes obédiences confondues. Il s'agirait de lutter contre l'eutrophisation avec un taux limite de nitrates de 18 mg/litre d'eau, et de 11,5 mg dans l'estuaire de la Loire. “C’est un chiffre qui n’a pas de base scientifique”, juge la FNSEA. Au ministère de l'Agriculture, on répond que “la valeur a été retenue en cohérence avec ce qui est pratiqué par les bassins pour la prise en compte de l’eutrophisation littorale et marine”, faisant référence à la gestion des algues vertes. Mais on ne cache pas qu’il s’agit d’un paramètre sévère, seul capable, semble-t-il, de satisfaire les exigences de la Commission européenne.

Les exploitations qui entrent dans ce zonage 2014 vont avoir un an avant d'appliquer ces nouvelles règles. Reste à savoir comment les éleveurs, principaux concernés, vont faire face. L'Etat et les Régions planchent depuis quelques mois sur un plan de modernisation des exploitations ; mais il ne concernait que les élevages du zonage 2012. Il faudra donc réorienter des sommes prévues sur d'autres objectifs vers la lutte anti-nitrates. Ségolène Royal a promis que les Agences de l'eau mettraient la main à la poche. Une révision du programme 2013-2018 d'accompagnement des mises aux normes “est possible”, indique l'Agence Loire-Bretagne. Qui souligne qu'il faudrait “surtout être conforme à l'encadrement communautaire des aides”. Il ne s'agirait pas d'être mis à l'amende…

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services