• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > La réforme territoriale inquiète et divise
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 13-06-2014 - Christian Evon

La réforme territoriale inquiète et divise

Collectivités


Un second colloque sur la réforme territoriale s'est déroulé jeudi 5 juin à l'Hôtel de Région en présence des conseillers régionaux et généraux, de plusieurs parlementaires, de membres du Ceser (1) et des responsables économiques, etc., 250 personnes en tout. Sauf qu'entre-temps, le président de la République a sorti sa carte des régions et l'incompréhension est générale.

“On n'ira certainement pas au bout de la décentralisation que j'appelle de mes vœux depuis longtemps” a lancé Michel Piron, le député UDI de Maine-et-Loire et président du comité régional de suivi de la réforme territoriale. “La construction des Pays-de-la-Loire, c'est 30 ans d'histoire avec la recherche maximale de complémentarités. La région a été construite par des aménageurs et des développeurs autour d'un projet collectif. C'est cet héritage qu'il ne faut pas brader.”


“Des économies minimes”


Les Pays-de-la-Loire ont toujours été tournés vers l'extérieur, comme le prouvent les mises en réseaux (centres de recherche, universités, etc.) et les nombreuses collaborations avec la Bretagne. “Une décentralisation assumée, ce n'est pas un Etat faible et la fusion Bretagne - Pays de la Loire est hautement souhaitable” poursuit Michel Piron en résumant le sentiment général.


Selon François Mouterde, directeur associé de Planète publique (2), “une fusion procure 5 à 10 % d'économies. J'ai étudié la fusion des deux Normandie et le gain serait minime : 0,5 % du budget de fonctionnement des deux conseils régionaux actuels. Le gain potentiel de croissance se situe entre 0,3 et 0,5 % par an du PIB, par quelques recettes fiscales en plus. Il y a une dizaine d'années, il y avait encore une logique d'attractivité, d'économies d'échelle et d'innovations. Une fusion, ça coûte d'abord beaucoup d'argent (7 à 15 millions d'euros amortissables entre quatre et dix ans) avant d'en rapporter.” “Une fusion rapporte, surtout si elle au service d'un besoin stratégique.” Un bon point pour Jacques Auxiette, qui a lancé il y a quelques années l'étude prospective “Pays-de-la-Loire 2040”.


Parier sur les villes


Pour le sociologue Jean Viard, “jamais la France n'a été aussi homogène, sauf certaines régions rurales où l'agriculture s'effondre.” “Mais plusieurs études d'opinion le montrent : la décentralisation est devenue une chose négative pour une majorité de Français. Or, les politiques sont capables de bouger et ce projet marque une tentative de réforme de l'organisation profonde des territoires. Il faut améliorer la proposition actuelle pour la rendre plus crédible”.


Pour lui qui siège à la Communauté urbaine de Marseille, il est temps de parier sur les villes, “les départements ont raté l'organisation du périurbain”. Jean Viard défend la création d'une dizaine de métropoles. “Aujourd'hui, la richesse naît dans les grandes villes mais à condition qu'on leur donne les moyens de remplir leurs missions”. Il propose que le président de la métropole soit élu au suffrage universel direct par l'ensemble des habitants et dispose sur son territoire des compétences du département.


Christian Evon



(1) Conseil économique, social et environnemental

(2) Société de conseil en politiques publiques


Pour en savoir plus

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Réactions (1)
Pas d'avatar pour ce commentaire
Le 16 juin 2014 à 17:59 par Beatrice84
Dans d autres regions on constatee la meme inquietude.
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services