• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Autres élevages > Les haies se cultivent
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres élevages - 14-02-2014

Les haies se cultivent

mot cle

Les arbres et arbustes de la haie naissent, se développent et meurent. Aujourd’hui une grande partie des haies souffrent de vieillissement, il faut les entretenir, venir au chevet du bocage. Tout au long de leur vie les arbres nécessitent qu’on leur apporte des soins. Les haies demandent des interventions fréquentes, afin de définir leur silhouette d’avenir, de limiter leur développement dans les parcelles. D’autres interventions ont pour objectif de pérenniser la structure par la taille des cépées et des émousses, le balivage (sélection d’arbres de remplacement), la formation et le relevage des couronnes des arbres de haute tige.

Plantation et taille juvénile 

L'année suivant la plantation, les plants doivent être taillés afin de définir leur forme. Le recepage juvénile de la haie est la première opération indispensable après la plantation. Cette taille à dix centimètres du sol a pour objectif de faire “taller” les arbres et arbustes intermédiaires. Souvent, on accepte mal de couper de jeunes plants qui ont bien démarré. On veut que la haie pousse vite. Quand on coupe de belles tiges c’est qu’il y a dans le sol un système racinaire bien développé. Le recepage ne va pas empêcher la montée de sève, il favorisera, au contraire, le développement d’un grand nombre de bourgeons et d’un plus grand nombre de tiges.

Défourcher et élaguer pour produire du bois d’œuvre

Pour bien former un arbre, le défourchage est à réaliser autant de fois que nécessaire. Elaguer pour enlever les branches suivant la hauteur souhaitée pour obtenir une grume.

Tailles de gabarit 

Les haies demandent des interventions fréquentes afin de limiter leur croissance tout en leur façonnant une silhouette adaptée à la mécanisation des parcelles voisines. Ces mises au gabarit sont le plus souvent réalisées à l’épareuse ou au broyeur sur le jeune bois de diamètre inférieur à 2 cm et avec le lamier pour les plus grosses branches.

Tailles de valorisation 

Sur les cépées et émousses, cette taille permet le rajeunissement.

Le manque d’exploitation régulière des têtards compromet leur capacité à émettre de nouveaux rejets viables. Autrefois les arbres têtards étaient émondés tous les 8 ans. Depuis 1998, les usages ruraux de la Mayenne ont été adaptés aux nouvelles pratiques en portant ces coupes à 15 ans. Aujourd’hui de nombreuses émousses n’ont pas été buchées depuis une trentaine d’années.

Rénovation de haies anciennes 
et valorisation du bois d’œuvre

La majorité des haies n’a plus été exploitée depuis plusieurs décennies et les derniers travaux de renouvellement sont souvent très anciens. Il en résulte un vieillissement prononcé remettant en cause leur pérennité. La restauration de ces haies fait aussi partie de l’entretien régulier. Si le talus est pauvre en arbustes et en cépées, dans ce cas il est conseillé de broyer le sommet à l’épareuse, de fumer à l’aide d’un fumier bien marné, de pailler abondamment, de planter 8 à 10 mois plus tard de jeunes plants tous les mètres. Si par contre la haie manque d’arbres de haute tige il est nécessaire d’en replanter 10 à 15 sur 100 m afin d’assurer une plus grande protection et pourquoi pas, de produire du bois d’œuvre.

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services