• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Benoît Faucon (JA53) : “Les incertitudes s’accumulent sur l’installation des jeunes”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 07-02-2014 - Rémi Hagel

Benoît Faucon (JA53) : “Les incertitudes s’accumulent sur l’installation des jeunes”

CHAMP LIBRE

Benoît Faucon est co-président de JA de la Mayenne, en charge de l’installation, et président du Comité professionnel à l’installation de la Mayenne.

Benoît Faucon est co-président de JA de la Mayenne, en charge de l’installation, et président du Comité professionnel à l’installation de la Mayenne.

Benoît Faucon est co-président de JA de la Mayenne, en charge de l’installation, et président du Comité professionnel à l’installation de la Mayenne.


"On est à la croisée des chemins” voit Benoît Faucon. “On se dirige vers la fin de la gestion administrée des quotas. Comment un jeune peut-il anticiper son projet ? Nous ne sommes pas capable de lui dire sur quel litrage partir, comment il sera attribué : par entreprise ? Par bassin ? On a besoin de lisibilité. Nous avons fait remonter cette inquiétude, on doit obtenir des réponses très rapidement.” Et ce n’est pas tout, “les incertitudes s’accumulent : comment s’appliquera la nouvelle Pac, quelles seront les capacités de stockage demandées par le 5e programme d’actions de la directive Nitrates ? Quels seront les critères d’éligibilité au PMBE ?” Les conseillers se trouvent gênés : “On dit aux jeunes d’anticiper leur installation, mais on n’a pas d’éléments de réponse à leur donner.”


La seule certitude, malheureusement, c’est la baisse des financements : “Comment continuer à installer dans de bonnes conditions face au désengagement financier auquel les partenaires à l’installation doivent faire face, tant au niveau de l’Etat que de la Région ?” Avec la disparition des Adasea, c’est une enveloppe de 300 000 euros annuels qui est partie en fumée. Quant à la Région, c’est sa réforme d’attribution des aides à la formation qui pénalise les candidats au parcours d’installation PPP (seuls les demandeurs d’emploi en bénéficient). Les jeunes doivent désormais remplir une fiche annuelle de suivi. “La Chambre les traitera avant de les transmettre à la DDT. C’est du travail supplémentaire, sans financements. C’est une équation difficile.”

Pour mieux installer, les structures évoluent. Au niveau local, le PPP est sans cesse affiné. Au niveau national, Benoît Faucon estime : “Le prêt JA atteint ses limites. Il a besoin d’être réformé. Le prêt sur 12 ans, et la bonification sur 7 ans ne sont plus adaptés aux réalités. Le jeune doit rembourser en 12 ans ce qu’un cédant a mis 40 ans à capitaliser.”


Cela dit, les incertitudes ne freinent pas les projets : il y a eu 116 installations aidées en 2013.


Rémi Hagel




Signaler un abus

Catégories : installation Mayenne

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services