• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Gérard Dujarrier : “On n’a pas rapproché les services publics du citoyen”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 03-01-2014 - Rémi Hagel

Gérard Dujarrier : “On n’a pas rapproché les services publics du citoyen”

CHAMP LIBRE

Gérard Dujarrier est conseiller général et maire du Horps (Mayenne).

Gérard Dujarrier est conseiller général et maire du Horps (Mayenne).

Gérard Dujarrier est conseiller général et maire du Horps (Mayenne).


Avez-vous atteint votre objectif de rendre votre canton autonome en électricité ?

Presque. Avec la mise en service des trois éoliennes du Ham, on ajoute 15 millions kWh aux 46 en place, ce qui fait 61 millions sur les 70 nécessaires. On s'est fixé comme objectif 100 éoliennes en 2020, pour atteindre les 25 % d'énergie renouvelable, conformément aux objectifs de Kyoto en 1992. D'après nos études, 17 à 18 % seront fournis par l'éolien.

Malheureusement, cela tient au bon vouloir de l'armée.


Que pensez-vous de la réforme électorale ?

Le redécoupage de la carte cantonale, je n'y comprends rien. En voulant rééquilibrer les populations urbaines et rurales, on crée des secteurs immenses. Il va falloir chanter la même chanson, à deux, d'un bout à l'autre. Il faudra s'entendre à 100 % avec son binôme, sinon on va vers les soucis. Je crains que cette réforme nous mène à la disparition de l'assemblée départementale. Quant à la parité, ce n'est pas une histoire d'hommes, mais de femmes. Certaines me disent : 'Vous n'allez tout de même pas nous forcer à y aller.'


Les services publics fonctionnent-ils en milieu rural ?

Non, beaucoup de services ont disparu. Avant, on délivrait les permis de chasse, les cartes grises, les parcellaires MSA. Quand on va à la préfecture pour une carte grise pour s'entendre dire que le service est fermé et qu'il faut revenir - on a fait 100 km pour rien - on n'a pas rapproché les services publics du citoyen.


En agriculture, qu’est-ce qui vous a marqué en 2013 ?

Ce qui m'inquiète le plus est la disparition de l'élevage. Je vois de moins en moins d'animaux sur le canton. Sur l'eau, les agriculteurs ont fourni beaucoup d'efforts. Il faut continuer. L'eau est un bien universel qu'il faut protéger. Sur certaines zones de protection, il est proposé des MAE sur la base du volontariat. C'est un système à garder, parce que ce sera autre chose si c'est imposé.


Propos recueillis par Rémi Hagel




Signaler un abus

Catégories : Energie

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services