• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Autres élevages > Une nouvelle affaire dans un contexte d’érosion
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres élevages - 20-12-2013 - Rémi Hagel

Une nouvelle affaire dans un contexte d’érosion

EVENEMENT / Viande


La mise à jour d’un trafic de chevaux depuis les industries pharmaceutiques (notamment Sanofi Pasteur)vers des abattoirs pour la production de viande chevaline le 15  décembre suscite de nombreuses réactions. Interbev (interprofession bétail et viandes) a fait savoir qu’elle se porterait “partie civile dès que les conclusions de l’enquête sur cette affaire seront rendues de manière définitive”


De son côté, Sylvie Goy-Chavent, rapporteure de la mission sénatoriale d’information sur la filière viande, recommande de “renforcer les contrôles sanitaires”. Le 17  décembre, 21 suspects ont été présentés à une juge d’instruction du pôle santé de Marseille.

Après l’affaire des lasagnes à la viande de cheval, c’est la deuxième fois cette année que la filière est sur la sellette. Ceci dans un contexte d’érosion de la consommation.


La consommation chute


En quarante ans, la consommation de viande de cheval par habitant a été divisée par six. En 2011, elle était en moyenne de 280  g/hab/an. Cela ne représente que 0,5 % de la consommation de viande des Français, quand le porc représente 35,3 %.


La consommation reste très dépendante des importations. En 2011, les importations étaient de 18 900 tonnes équivalent carcasse quand les abattages s’élevaient à 5 000 tec. Ces abattages représentent 9 % de l’activité européenne.


Rémi Hagel


Catégories : Chevaux Viande

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services