• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Les filières locales s’organisent
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 29-11-2013 - La rédaction

Les filières locales s’organisent

EVENEMENT / Filière bois énergie

Après un lent démarrage, les filières de gestion et d’approvisionnement du bois local se sont structurées, dans chaque département.

En juin 2012, la Cuma de Misedon à Port-Brillet (Mayenne) a investi dans ce hangar permettant de sécher du bois déchiqueté sur 620 m2. Il alimente la SCIC Mayenne Bois Energie.

En juin 2012, la Cuma de Misedon à Port-Brillet (Mayenne) a investi dans ce hangar permettant de sécher du bois déchiqueté sur 620 m2. Il alimente la SCIC Mayenne Bois Energie.

En Loire-Atlantique


“Nous avons créé la SCIC (1) en 2011. Son activité a réellement démarré cette année. Nous espérons doubler le volume l’année prochaine. Nous disposons de cinq plateformes de stockage, avec celle de Moisdon-la-Rivière inaugurée la semaine dernière”. Nicolas Hazard, de la SCIC Bois Energie 44, fait le point lors d’une démonstration de matériel le 21 novembre, à Sion-les-Mines. La Scic achète le bois issu du paysage (via l’Unep) et du bocage (agriculteurs). Elle fait sécher ce bois vert sous des hangars agricoles puis le commercialise. “Nous proposons 57 euros la tonne verte achetée, comprenant le prix du bois et la rémunération de l’agriculteur.” La Scic compte cinq collèges : collectivités, salariés, producteurs, clients et personnes morales (dont les Cuma, la Chambre, la FDCivam, etc.). (2)


En Maine-et-Loire

Une filière bois s’est constituée en septembre 2012. La Scic regroupe une soixantaine d’associés dans cinq collèges (fournisseurs, clients, collectivités, partenaires techniques, etc.). Les prévisions de ventes de bois déchiqueté 2013-2014 sont de 2 000 t pour les chaufferies collectives (dont la moitié pour la seule chaufferie de La Roseraie à Angers) et un peu plus de 500 m3 de bois de paillage pour les services espaces verts communaux. En rythme de croisière, la Scic table sur plus de 5 000 t/an. La ressource bocagère mobilisable serait chaque année de 20 000 à 25 000 tonnes sèches.


La Scic gère l’achat de bois et la revente. Elle regroupe toutes les offres : agricoles, forestières, industrielles et des collectivités pour produire du bois énergie, du bois raméal fragmenté et de paillage. Elle planifie les chantiers à partir des plans de gestion des fournisseurs et des besoins des chaufferies. Mais contrairement à d’autres départements, elle n’a pas de hangar de stockage ou de station.


En Mayenne

Après avoir été créée sur le pays de Haute-Mayenne en 2007, la Scic s’est développée et est devenue départementale. La Scic Mayenne Bois Energie (MBE) achète du bois déchiqueté aux agriculteurs, le laisse sécher sur ces plateformes et le revend aux collectivités ou particuliers équipés. Cela représente 55 % de son volume, le reste vient des forêts, des scieries, des communes et de chantiers d’insertion. Seize chaufferies sont approvisionnées (2 000 t de bois sec vendu). La ressource mobilisable sur le département est estimée à 55 000 t.


En Sarthe

La filière bois énergie se construit peu à peu, portée par l’Adeas-Civam et les Cuma de la Sarthe. La SARL Bois énergie du Maine a été constituée pour gérer la production de bois déchiqueté. Elle regroupe des forestiers, des entreprises d’élagage et des agriculteurs. “La disponibilité de la matière première n’est pas limitante mais le développement de la filière attend celui de la consommation. La Sarthe est le département le plus boisé des Pays de la Loire mais le recours au bois énergie est loin d’être un premier réflexe pour les entreprises et les collectivités.” C’est pourquoi la phase d’animation reste nécessaire. Deux plateformes de séchage et de stockage ont été créées. Les plus grosses unités de chauffage bois ont été installées par des entreprises comme LTR à Spay.


Sans aller chercher les gros projets industriels (accompagnés par Atlanbois), la filière sarthoise doit trouver les moyens de son développement à l’intérieur du département car le transport du bois déchiqueté est coûteux du fait du volume important. Bois-énergie du Maine peut produire et livrer du bois grâce à la benne soufflante acquise il y a deux ans.


La rédaction


(1) Société coopérative d’intérêt collectif.

(2)Lire l’article La Scic bois énergie prend racine

Signaler un abus

Catégories : Energie

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services