• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Avec le succès du bois énergie vient le temps de structurer
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 29-11-2013 - Rémi Hagel

Avec le succès du bois énergie vient le temps de structurer

EVENEMENT / Filière bois énergie

Le bois-énergie s’est bien développé ces dernières années. La filière peut répondre à cette demande croissante, mais doit continuer à se structurer, analyse Atlanbois.

Consommations de bois énergie en Pays de la Loire (nov. 2013)

Consommations de bois énergie en Pays de la Loire (nov. 2013)


Si on fait le compte des chaudières à bois déchiqueté installées dans la région, on atteindra en 2013 une consommation de 500 000 tonnes. Si tous les projets se réalisent, les besoins vont progresser dans les prochaines années passant à 880 000 t (1). “Il y a une demande de plus en plus importante en bois énergie” constate Philippe Besseau, en charge du dossier à Atlanbois (l’association interprofessionnelle pour la promotion du bois en Pays de la Loire). Depuis 2008, les besoins doublent tous les deux à trois ans. Certes, la ressource est suffisante, avec 300 000 à 600 000 t de bois forestier, et 100 000 à 200 000 t en bois bocage, estimés à l’horizon 2020. Mais “il y a une différence entre avoir la ressource et la mobiliser”. Pour éviter de se trouver confronté à d’éventuels problèmes d’approvisionnement futurs, la filière doit continuer à se structurer.


Les structurations départementales avec les Scic créent une filière de valorisation du bocage lisible, avec un interlocuteur pour les détenteurs de la matière (notamment les agriculteurs). La mobilisation des bois de haie est couplée à la mise en place de plans de gestion du bocage.


Le bois bocager, l’intérêt du local

Le coût de mobilisation du bois bocager le rend difficile à placer sur des appels d’offres face aux autres ressources comme la plaquette forestière, les connexes de sciage et les bois de déchetterie. “Aujourd’hui, le bois bocager se vend parce qu’il y a une volonté d’utiliser un gisement local.” Mais au-delà de cette volonté, il présente des arguments en sa faveur : “Les projets sont rentables face aux autres énergies pour des bâtiments ayant des besoins importants et constants (piscines, hôpitaux et entreprises). Le bois est d’autant plus intéressant lorsqu’il n’y a pas de gaz naturel disponible. Pour les chaufferies de taille importante, cela reste intéressant si on n’intègre qu’une part de bois bocager.” Cette part, même parfois minime, pour une chaufferie importante représente un volume important et “pérennise la ressource locale”. Autre intérêt : “Ces chaufferies s’alimentent en flux tendu, ce qui permet de limiter les avances de trésorerie.”


“Le bois énergie est un sous-produit que l’on récolte lors d’une coupe de bois” analyse Atlanbois dans une note ce mois-ci. “La ressource supplémentaire est en grande partie liée à l’utilisation du bois d’œuvre et principalement de feuillus. Il est nécessaire de développer les usages des feuillus comme matériaux pour la construction et l’ameublement pour récolter plus de bois énergie.” Pour répondre à l’afflux de demande, il faut continuer de développer les autres utilisations du bois. Les coûts de chantier varient énormément. Aussi “le développement de la ressource passera par une harmonisation des méthodes et un prix d’achat des bois suffisant qui permettra de mobiliser plus de bois et rémunérer l’ensemble des acteurs de la filière”.


Rémi Hagel


(1) Ces chiffres ne prennent pas en compte le chauffage domestique (bois bûche à 95 %) qui utilise 1 million de tonnes.


Pour en savoir plus

www.atlanbois.com

Signaler un abus

Catégories : Energie

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services