• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > PAC > Les perdants et les gagnants de la nouvelle Pac, selon Vincent Chatellier
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

PAC - 21-11-2013

Les perdants et les gagnants de la nouvelle Pac, selon Vincent Chatellier

Pac

Vincent Chatellier, Ingénieur de Recherche du centre Inra Angers-nantes est intervenu à la séance du 6 novembre 2013 de l'Académie d'Agriculture sur :

Vincent Chatellier, Ingénieur de Recherche du centre Inra Angers-nantes est intervenu à la séance du 6 novembre 2013 de l'Académie d'Agriculture sur : " Les effets redistributifs des décisions françaises relatives à la PAC post-2015 ".

Selon une analyse des conséquences de la future Pac sur les aides directes, l’Ile-de-France, dont une partie des agriculteurs devaient manifester ce 21 novembre, verrait le montant de ses aides à l’hectare baisser de 64 euros. Cette étude, conduite par Vincent Chatellier, ingénieur de recherche à l’Inra, évalue à 51 euros/ha la réduction des aides pour les grandes cultures soit 9 % du revenu moyen 2011. Cette baisse devrait être lissée sur quatre années, précise le chercheur et donc représenter seulement 4 % des aides en première année soit 2 à 3 % du revenu.


Sur le plan régional, la Picardie (-80 euros/ha) serait la principale région subissant un impact négatif de la réforme de la Pac, suivie par l’Ile-de-France (-64 euros/ha), le Nord-Pas-de-Calais (-59 euros/ha), la Champagne-Ardenne (-51 euros/ha) et la Haute-Normandie (-51 euros/ha). Ces régions aynat une forte spécialisation céréalière avec, parfois, la présence simultanée de productions bovines intensives .Quatre de ces régions se situent en tête des revenus moyens 2012 selon les données publiées en juillet sur les comptes de l’agriculture, le résultat courant moyen avant impôts en Ile-de-France étant évalué à 97 800 euros selon ces données du ministère de l’Agriculture.


En Pays-de-la-Loire, une baisse de 3 euros/ha


Les principales régions gagnantes seraient le Limousin (+88 euros/ha), la Franche-Comté (+64 euros/ha), la Corse (+62 euros/ha), et la région Rhône-Alpes (+55 euros/ha). Première région agricole, la Bretagne verrait ses aides directes baisser de 18 euros/ha et les Pays-de-La-Loire 3 euros/ha. Par secteur, les principales exploitations bénéficiaires seront, sans surprise, les exploitations de bovins allaitants extensifs. En revanche, les exploitations de jeunes bovins très spécialisés “devraient être fortement pénalisées”. Pour la production laitière, l’impact est positif en montagne mais négatif en plaine. Vincent Chatellier précise que cet impact, en plaine, aurait été “encore plus négatif si le paiement redistributif sur les 52 premiers ha n’avait pas été adopté”.


Un transfert de la plaine vers les zones défavorisées



Les laitiers verront eux un impact positif en montagne et négatif en plaine.


Pour compléter: Evolution comparative du nombre de vaches selon les régions.



Signaler un abus

MOTS CLés : Chatellier

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services